Sur l’idée d’une communauté de solitaires, Pascal QUIGNARD, 2015

Tous droits réservés ©.

« Je vais chanter ce qui est en ruines. Tout ce qui est ruines est en moi comme un premier visage. Voici exactement ce que les naturalistes nomment l’empreinte chez les animaux. J’ai passé mon enfance dans un port qui a sauté en l’air au bout de l’estuaire. Là où la Seine s’élargissait, là où elle se jetait dans la Manche, là furent larguées les bombes. »

QUIGNARD Pascal, Sur l’idée d’une communauté de solitaires, Arléa, 2015 (r), p. 56


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.