Le Rhin dans « La Loreleï », Heinrich HEINE, 1824

« Je ne sais dire d’où me vient
La tristesse que je ressens
Un conte des siècles anciens
hante mon esprit et mes sens

L’air frais et sombre est le ciel,
Le Rhin coule paisiblement
Les sommets sont couleur de miel
Aux rayons du soleil couchant.

Là-haut assisse est la plus belle
Des jeunes filles, une merveille .
Sa parure d’or étincelle,
Sa chevelure qu’elle peigne

Avec un peigne d’or, est pareille
Au blond peigne d’or du soleil,
Et l’étrange chant qu’elle chante
Est une mélodie puissante.

Le batelier sur son esquif
Est saisi de vives douleurs,
Il ne regarde pas le récif,
Il a les yeux vers les hauteurs.

Et la vague engloutit bientôt
La batelier et son bateau
C’est ce qu’a fait au soir couchant


« La Lorelei, avec son chant », 
HEINE, Heinrich, « La Loreleï », 1824
Traduction de YVELDIR, Mishakal.
i


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.