À la Seine, Marceline Desbordes-Valmore, 1813

     Dans ce court poème issu de Romances, originellement publié en 1819, Marceline Desbordes-Valmore s’adresse sans égard au fleuve normand fleuri de mythologie. Les accents profondément romantiques de la marraine maudite de la modernité, cette plainte face à l’eau sont aujourd’hui un pont entre Lamartine et Apollinaire. Cette Seine est celle de Paris autant qu’elle est celle de Rouen ou du Havre : une étendue d’eau en perpétuel mouvement symbolisant l’image d’un temps fatalement inarrêtable que l’on supplie pour qu’il emporte nos souffrances et non notre félicité.

« Rive enchantée,
Berceau de mes amours ;
Onde argentée,
Image des beaux jours ;
Que ton cours est limpide !
Que ta fuite est rapide !
Ah ! pour mon cœur,
C’est l’adieu du bonheur.

Déjà ma lyre
Gémit dans les roseaux,
Et mon délire
A fait frémir tes eaux.
La naïade plaintive
Se penche sur la rive
Pour m’écouter,
Me plaindre, et m’arrêter.

Cette eau si belle
T’abandonne en courant ;
Moi, plus fidèle,
Je m’éloigne en pleurant.
Demain celui que j’aime
M’appellera lui-même !…
Vœux superflus !
Je ne l’entendrai plus.

Ah ! dans ta course,
Emporte mes tourments !
Mais, à ta source,
Retiens tous mes serments !
Si l’objet que j’adore
Vient m’y chercher encore,
Dis-lui qu’Amour
T’a promis mon retour. »

Marceline Desbordes-Valmore, Elégies, Marie et romances, François Louis, 1819, p. 25


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.