D’une fenêtre sur la Seine, Lucie Delarue-Mardrus, 1908

 

     Fille d’Honfleur, Lucie Delarue-Mardrus est restée toute sa vie profondément attachée à sa région natale malgré de très nombreux voyages et une vie avant tout parisienne. Dans son recueil La Figure de Proue, publié en 1908 et nourrit de ses voyages en orient, elle évoque dans une courte partie le retour en France. D’une fenêtre sur la seine c’est un triptyque inégal, où le fil de l’eau et la vision de la Seine renvoient douloureusement celle surnommée Princesse Amande à ses souvenirs de voyages pleins de vie, de couleurs et de différences, et font éclatés le tiraillement entre l’ici et l’ailleurs. Cette Seine est encore celle du souvenir mais seulement car son spectacle habituel ravive l’envie du renouveau.

I

Je pense seule à ma fenêtre de Paris,
Devant le Louvre noir dans le temps glauque et gris,
Devant la Seine entre ses quais de pierre dure,
Ses ponts, ses deux ou trois peupliers sans verdure.

Je pense au cher pays d’Afrique tout doré
Qui, dans un pli profond de ma mémoire, brille ;
À ce Paris qui fut et demeure ma ville ;
À des pays encore inconnus où j’irai ;
À ma tendresse au fond de moi comme un sourire,
À des choses aussi que l’on ne peut pas dire
Et qui brûlent mes yeux de domination.

[…]

III

Le cri des bateaux sur la Seine
M’entre en plein cœur comme un poignard.
Mais je suis seule. Nul n’est là pour mon regard,
Pour mon âme et ce qui la mène.

Mon cœur s’est éteint dans le gris,
Mon cœur où flamboyait l’Afrique…
Repose dans mes mains, mon cœur mélancolique,
Voici ce que t’a fait Paris.

[…]

DELARUE-MARDRUS Lucie, La Figure de proue, E. Fasquelle, 1908, p.135


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.