Les Annales, Flodoar De Reims, Xe

Texte écrit entre 919 et 966, Les Annales de Flodoard de Reims sont un témoignage sur tous les événements de son temps et une source importante d’information sur le Xème siècle après la chute de l’Empire carolingien.  Notant principalement les affaires politiques et militaires majeurs, il rend aussi compte, parfois, des miracles et phénomènes spirituels de son temps.  La Seine, dans cet épisode historique d’une bataille terrible entre les Normands et les Français, est montrée comme une voie de transport et un repère géographique et tactique, rôles fondamentaux des fleuves à cette époque. 

« Ayant assemblé une assez forte troupe en Bourgogne, il se rendit au camp des Normands, sur la Seine, et là se donna un combat à pied entre les Français et les Normands. Mais ceux qui étaient avec le roi, c’est-à-dire la plus grande partie de l’armée, voyant que les Normands ne tentaient pas de forcer le camp, ni de monter sur leurs chevaux, repoussèrent dans leur camp ceux de ces hommes qui étaient sortis pour combattre, en tuèrent beaucoup, et cessèrent le pillage pour placer leur camp à deux ou trois milles de celui des Normands. Hugues, fils de Robert, mit aussi le sien vis-à-vis, sur ce côté-ci de la Seine. Les Français retardaient de jour en jour une attaque plus vive du camp, en attendant des vaisseaux qui devaient venir de Paris; alors, et à ce qu’on rapporte, avec leur consentement, les Normands sortirent secrètement du camp, se retirèrent, passèrent par un bois qui devait protéger leur route, et les nôtres revinrent chez eux. Dans le commencement des jeûnes du carême, Héribert ayant conféré avec Gislebert, et ensuite avec Hugues, appela de Bourgogne le roi, qui partit en hâte et vint à Cambrai au-devant des Lorrains et de Gislebert. Ceux-ci quittèrent l’assemblée qui se tenait alors, vinrent près du roi sur la Meuse, et se donnèrent à lui, ainsi qu’Othon. Les Normands de Rouen rompirent le traité qu’ils avaient fait, et ravagèrent la ville de Beauvais et celle d’Amiens; cette dernière brûla par l’imprudence des fuyards, et celle d’Arras fut consumée aussi par un incendie subit. Les Normands vinrent ravager jusqu’à Noyon, et mirent le feu aux faubourgs; les habitants de la cité sortirent avec ceux des faubourgs, repoussèrent les Normands, en mirent à mort autant qu’ils purent, et délivrèrent une partie des faubourgs. Les bourgeois de Beauvais dévastèrent le pays des Normands en-delà de la Seine. Après cela, les Parisiens eux-mêmes, et avec eux plusieurs fidèles de Hugues, fils de Robert, et les habitants de quelques châteaux, ravagèrent la partie du Rouennais qui est possédée par les Normands d’en deçà de la Seine; ils brûlèrent les bourgs, emmenèrent les troupeaux, et tuèrent beaucoup de Normands. »

GUIZOT François, Collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, Dépot Central de la Librairie, 1835, 

« Collectaque ex Burgundia militum manu non pauca, venit usque ad castra Nortmannorum super Sequanam; ibique ab his qui ex Francia perrexerant pedestri pugna certatum ad castra. Videntes vero, quod illi qui erant cum rege, pars scilicet exercitus maxima, neque castra invadere neque equis desilire temptarent, compulsis in castra Nortmannis qui fuerant ad repugnandum egressi, quibusdam quoque prostratis, a castrorum pervasione discedunt, castraque duobus vel tribus milibus a Nortmannorum castris metantur in girum, Hugone Rotberti filio econtra supra Sequanam hac ex parte castra metato. Ubi propinquiorem castrorum obsidionem procrastinantibus Francis et de die in diem differentibus, naves a Parisio venturas expectando, eruptione clam facta, quorumdam nostrorum veluti fertur assensu, Nortmanni sua castra linquentes, et saltum quendam iter suum tutandi gratia petentes, evadunt; nostrorum vero quique regrediuntur ad sua. Jejuniis itaque coeptis quadragesimalibus, Heribertus, cum Gisleberto indeque cum Hugone locutus, regem accersiit ex Burgundia; qui festinanter adveniens, Camaracum Lothariensibus atque Gisleberto proficiscitur obviam. Quique hoc placitum omittentes, super Mosam ad eum veniunt, suique Gislebertus et Otto efficiuntur.  Nortmanni de Rodomo foedus quod olim pepigerant irrumpentes, pagum Belvacensem atque Ambianensem depopulantur. Ambianis civitas male proviso confugientium igne succensa est; sic et Atrabatis subito exorto conflagravit incendio. Nortmanni usque ad Noviomagum praedatum veniunt, et suburbana succendunt. Castelliani cum suburbanis egredientes, Nortmannos repellunt, sternunt quos poterant, partem suburbii liberant. Bajocenses interim terram Nortmannorum ultra Sequanam depraedantur. Quo comperto Parisiaci, et ipsi quoque cum quibusdam fidelibus Hugonis filii Rotberti, et quorundam castellorum oppidanis, partem quandam pagi Rotomagensis, qui possidebatur a Nortmannis cis Sequanam, depopulati sunt, villis succensis, pecoribus abductis, nonnullis etiam Nortmannorum interfectis. »

DE REIMS Flodoard, Les Annales, Alphonse Picard, 1905, p. 28


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.