Historia Francorum, Grégoire de Tours, VIe

L’Histoire des Francs (Historia Francorum), à l’origine nommée Decem libri historiarum, est un ouvrage retraçant une histoire du monde et de l’église depuis la Genèse jusqu’à l’an 591. Mais son auteur, Grégoire de Tours, évêque et historien du VIème siècle concentre une grande part de son œuvre à son époque et sa région : la gaule mérovingienne. Si succèdent les envahisseurs et les rois des luttes intestines et les alliances, les trêves et les massacres, dépeignant au fil des pages une image noire de cette période.

« En apprenant cela, Chilpéric envoie des ambassadeurs à son frère Gontran. S’étant alliés, ils concluent également un traité en  vertu duquel aucun d’eux ne laissera périr son frère. Mai lorsque Sigebert fut arrivé en amenant ces peuples et tandis que Chilpéric était stationné de l’autre coté avec son armée, Sigebert, ne trouvant pas où traverser le fleuve de la Seine pour marcher contre son frère, envoie à son frère Gontran un message pour lui dire :  « Si tu ne me permets pas de traverser ce fleuve en passant par ton territoire, je fondrai sur toi avec toute mon armée. » Effrayé par cela, Gontran conclut un traité avec lui et lui permit de passer. Alors Chilpéric, sentant qu’en réalité Gontran l’avait abandonné pour s’allier à Sigebert décampa et partit pour Havelu, village du pays chartrain. »

Traduction de Robert Latouche dans  Grégoire de Tours, Histoire des Francs en un volume, Les Belles Lettres  1996, Livre IV, p. 237

« La huitième année du roi Childebert, la veille des calendes de février (31 janvier), un dimanche alors que dans la ville de Tours la cloche avait été mise en branle pour les matines et que la population se levait pour se rassembler à l’église sous un ciel nuageux et pluvieux, un grand globe de feu tombé du ciel parcourut dans l’air un grand espace en donnant une telle lumière qu’on distinguait tout comme à midi. Il rentra à nouveau dans le nuage et la nuit succéda. Les cours des eaux débordèrent d’une manière insolite ; c’est ainsi que la Seine et la Marne provoquèrent une telle inondation autour de Paris que souvent des naufrages se produisirent entre la cité et la basilique de Saint-Laurent. »

Op. cit.  Livre VI, p. 41

Les deux extraits en Latin de DE TOURS Grégoire, Histoire des Francs Livres I-VI, Alphonse Picard, Livre IV p.139 & p. 215

« Quod audiens Chilpericus, ad fratrem suum Gunthchramnum legatos mittit. Qui coniuncti pariter foedus ineunt, ut nullus fratrem suum perire sineret. Sed cum Sigibertus gentes illas adducens venisset, et Chilpericus de alia parte cum suo exercitu resederet, nec haberet rex Sigibertus super fratrem suum iturus, ubi Sequanam fluvium transmearet, fratem suum Guntchramnum mandatum mittit, dicens : « Nisi me permiseris per tuam sortem hune fluvium transire, cum omni || exercitu meo super te pergam. » Quod ille timens, foedus cum eo iniit eumque transire permisit. Denique sentiens Chilpericus, quod scilicet Guntchramnus, relicto eo, ad Sigibertum transisset, castra movit, et usque Avallocium Carnotinensem vicum abiit. »

« Anno octavo Childeberti regis pridie kal. Febroarias, cum die dominico apud urbem Toronicam ad matutinus signum commotum fuisset, et populus surgens ad eclesiam conveniret, caelo nubilo, cum pluvial globus magnus igneus de caelo dilapsus, in spatia multa cucurrit in aera, qui tantam lucem dedit, ut tamquam media die omnia cernerentur || Quo iterum in nube suscepto, nox successit. Aquae vero extra solito invaluerunt ; nam tantum inundatione Sygona Matronaque circa Parisius invaluerunt, ut inter civitatem et basilicam sancti Laurenti naufragia saepe contingerent. »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.