La Seine à Paris, Maxime Du Camp, 1879

Dans La Seine à Paris (1879) de Maxime Du Camp, la Seine a joué un rôle important dans l’évolution historique de Paris. Tout échange, dépôt de marchandises se faisaient par la Seine d’où son importance, notamment en temps de guerre :

 

« C’était le fleuve nourricier par excellence, et jusque sur les marchés publics il déposait le blé, le vin, le bois et les fruits. Quand son cours était interrompu, il n’apportait plus que la famine, la contagion et la mort. »

[…]

« La Seine a connu toutes nos discordes civiles et, si je puis dire, elle y a pris part. Les Normands l’ont envahie sur leurs barques d’osier recouvertes de peau[3] ; elle a reçu le corps de Louis de Bois-Bourdon, l’amant d’Isabeau de Bavière : « Laissez passer la justice du roi ! » elle s’est refermée sur les cadavres des Armagnacs, lors du grand massacre de 1418 que commandait Capeluche ; à la Saint-Barthélémi, pendant que Charles IX (…) »

 

Maxime Du Camp, La Seine à Paris, « Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle », Hachette, 1879, p. 283-346.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.