Histoires, Ammien Marcellin, IVe

Après une carrière dans l’armée romaine, Ammien Marcellin, bilingue et lettré se consacre à l’histoire et à sa transmission dès la deuxième moitié du IVème siècle. Seuls 17 des 31 livres de ses Histoires nous sont parvenus, ceux contenant les événements contemporains à l’auteur, ne comptant pas pour plus d’un demi-siècle. Par son passé militaire, il a essentiellement développé les différentes guerres menées en Orient et en Occident, le tout mêlé à des portraits, des considérations éthiques et de nombreuses digressions. Il aimait aussi à décrire les peuples et les géographies étrangères, ce qui nous permet de lire cette description de la Gaule par les fleuves qui la délimitent.

« Au temps jadis où ces régions demeuraient dans l’obscurité, comme des régions barbares, elles furent divisées en trois parties, croit-on, entre les Celtes et les Gaulois, les Aquitains et les Belges, qui diffèrent de langue, de coutumes et de lois. Les Gaulois, qui sont des Celtes, sont séparés des Aquitains par la Garonne, fleuve né des hauteurs des Pyrénées, et qui, après avoir traversé nombre de ville, se perd dans l’Océan. La même nation est séparée des Belges par la Marne et la Seine, fleuves de semblable importance. Coulant à travers la Lyonnaise, après avoir enfermé dans son île la place des Parisiens, qui a pour nom Lutèce, elles unissent leurs eaux et, poursuivant leur course tout droit, elles se jettent dans la mer près du camp de Constance. »

« Temporibus priscis cum laterent hae partes ut barbarae, tripertitae fuisse creduntur in Celtas eosdemque Gallos diuisae et Aquitanos et Belgas, lingua institutis legibusque discrepantes. Et Gallos quidem, qui Celtae sunt, ab Aquitanis Garumna disterminat flumen, a Pyrenaeis oriens collibus postque oppida multa transcursa in oceano delitescens. A Belgis uero eandem gentem Matrona discindit et Sequana, amnes magnitudinis geminae: qui fluentes per Lugdunensem post circumclausum ambitu insulari Parisiorum castellum, Lutetiam nomine, consociatim meantesque protinus prope Castra Constantia funduntur in mare. »

MARCELLIN Ammien, Histoires, Tome I., Trad. E. Galletier, Les Belles Lettres, 2002, Livre XV, Chap. 11, p. 140


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.