Les Déliquescences D’Adoré Floupette, Henri Beauclair, 1885

Henri Beauclair, caché aux côtés de son acolyte de plume derrière le pseudonyme d’Adoré Floupette, publia en 1885 un recueil satirique nommé Les Déliquescences. Ici y sont tournés en dérision le symbolisme et le décadentisme, courants majeurs de ce siècle. Ainsi Sergio Cigada, grand critique et essayiste, qualifiera Les Déliquescences de « Brillante parodie du maniérisme décadent-symboliste. » dans Études sur le symbolisme.  Un poème parmi les autres se détache car y est mis en scène, sur ce ton parodique propre au recueil, la légende des énervés de Jumièges dérivant posément sur la Seine.

« L’Horizon s’emplit
De lueurs flambantes,
Aux lignes tombantes
Comme un Ciel de Lit.

L’Horizon s’envole,
Rose, Orange et Vert,
Comme un cœur ouvert
Qu’un relent désole.

Autour du bateau
Un remous clapote ;
La brise tapote
Son petit manteau,

Et, lente, très lente
En sa pâmoison
La frêle prison
Va sur l’eau dolente.

Ô Doux énervés,
Que je vous envie
Le soupçon de vie
Que vous conservez !

Pas de clameur vaine,
Pas un mouvement !
Un susurrement
Qui bruit à peine !

Vous avez le flou
Des choses fanées,
Âmes très vannées,
Allant Dieu sait où !

Comme sur la grève,
Le vent des remords,
Passe, en vos yeux morts,
Une fleur de rêve !

Et, toujours hanté
D’un ancien Corrège,
Je dis : Quand aurai-je
Votre Exquisité ? »

BEAUCLAIR Henri & VICAIRE Gabriel, Les Déliquescences : poèmes décadents d’Adoré Floupette avec sa vie par Marius Tapora, Lion Vanné, 1885, p. 53


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.