En bateau-mouche, François Coppée, 1892

François Coppée fût toujours un poète entre deux mondes, cherchant à révéler dans un style naturel l’émotion derrière les choses. La simplicité de sa plume ne l’empêcha ni d’être salué par les parnassiens que d’être inlassablement moqué par Verlaine ou Rimbaud, notamment dans l’Album Zutique, qui lui reprochait entre autres l’expression d’un confort bourgeois. Dans le Cahier Rouge, recueil de 1892, le lecteur découvre la pièce « En Bateau-Mouche », qui dans un dizain nous emmène goûter à l’atmosphère d’une promenade dominicale sur la Seine comme sur ses rives.

« Je pris le bateau-mouche au bas du Pont-Royal ;
Et sur un banc devant le public trivial ;
– Ô naïve impudeur ! ô candide indécence ! –
Je vis un ouvrier avec sa connaissance,
Qui se tenaient les mains, malgré les curieux,
Et qui se regardaient longuement dans les yeux.
Ils restèrent ainsi tout le long de la Seine,
Sans faire attention au petit rire obscène
Des gens qui se poussaient du coude, l’air moqueur
– Et je les enviais dans le fond de mon cœur. »

COPPEE François, Œuvres complètes, Librairie L. Hébert, 1892, Poésies, tome II p.67


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.