Souvenirs d’une morte vivante, Victorine Brocher, 1909

 

C’est en 1909 qu’est publié pour la première fois Souvenirs d’une morte vivante, un des seuls témoignages direct d’une femme du peuple entièrement impliquée dans la Commune de Paris. Fille de militants, elle a participé comme ambulancière à toutes les victoires et les défaites des fédérés, partageant tous leurs espoirs et toutes leurs souffrances. La Seine, dans ce décor d’un Paris insurrectionnel, est toujours présente en toile de fond, et souvent comparée par l’auteure aux rives de sa Loire natale qui, elle, coule loin de la violence subit au quotidien par les insurgés.

« La Seine, ce tombeau des désespérés, ne rends pas toujours ceux qu’elle engloutit dans son sein. »

BROCHER Victorine, Souvenirs d’une morte vivante, Libertalia, 2017, p. 81


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.