LE MIRACLE DE SAINTE BAUTHEUCH (2)

L’Abbaye de Jumièges abrite une légende diffusée à partir du XIIe siècle. Elle raconte le châtiment que le roi Clovis II et son épouse Bathilde, future sainte, ont infligé à leurs deux fils pour avoir tenté d’accaparer le trône : ils leur font brûler les tendons, et, depuis Paris, les laissent dériver sur une barque sur la Seine. La barque finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (A la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

Au Moyen Âge, plusieurs versions du récit ont été composées. Au XIVe siècle, le Miracle de Sainte Bautheuch propose une version théâtralisée de la légende. Dans le texte qui suit, la Reine Bathilde demande à un valet d’accompagner ses fils jusqu’à la Seine (« l’iaue de Saine »), et de leur laisser des vivres, pour qu’ils puissent survivre s’ils trouvent un asile et le salut.

BAUTHEUCH

Je veuil qu’avec mes filz alez

En l’aventure ou il iront.

Je ne scé s’il y fineront,

Mais n’aront que vous seulement ;

Si que servez les bonnement,

Ainsi comme a euls appartient.

Et toutesvoies s’ils avient

Que Dieu par my l’iaue de Saine

A port de salut les amaine,

Que tantost le me veignés dire.

Alons veoir noz enfans, sire,

Et savoir comment partiront,

Ne se jamais il nous verront

Après ce jour.

Miracle de Sainte Bautheuch dans Les Miracles de Nostre Dame par personnages, édition de Gaston Paris et Ulysse Robert, F. Didot p


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.