Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage en Normandie, [1775]

Pendant l’hiver 1775, Bernardin de Saint-Pierre accomplit un voyage en Normandie, qui va le conduire de Paris à Trappes, en longeant les boucles de la Seine. Il observe les paysages, le spectacle de la nature, les habitants et parsème son journal de notations.

Le vendredi 3 janvier, il traverse Pont-de-L’Arche en bateau et navigue jusqu’à Port Saint-Ouen. La traversée le projette alors dans le souvenir de son enfance normande, au Havre et à Dieppe, à travers le dessin de la côte crayeuse.

«  Forêt du Pont-de-l’Arche. Belles violettes de toutes parts. Hêtres avec leurs vieilles feuilles inférieures. Extrémités : boutons allongés prêts d’éclore.

Réflexion : Joie à la vue des meubles de mon enfance. Forme de berceau. Les mêmes que celui où j’avais été élevé. Pochon de cuivre jaune où l’on fait bouillir le lait. Paniers. Rien n’avait changé, que les gens que j’avais connus, vieillis, affaiblis. Les meubles avaient resté. Meubles de la nature de changent point : soleil, lune, mer mangeant les côtes.

Arrivé au Port-Saint-Ouen. Vue d’une jolie fille, jambe fine, faite comme une des grâces des Célestins. […] A gauche, jolies îles de la rivière où l’on pouvait communiquer avec des ponts à la chinoise. Grotte charmante qu’on pourrait faire dans la montagne marneuse, mêlée de cailloux, coupée à pic et blanche, qui s’étend jusqu’au Havre, Dieppe »

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage de Normandie, 1775, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 49.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.