Henry JAMES, Esquisses parisiennes [1875]

En 1875, l’écrivain américain Henry James séjourne en Europe et adresse au Journal Tribune des chroniques de voyage. 20 textes sont consacrés à Paris et à ses environs, publiés en volume sous le titre Esquisses parisiennes. La Seine, tant par la beauté de ses paysages que par les loisirs qu’elle autorise, émerveille l’auteur. Il est question ici d’une guinguette à Auteuil.

Je me suis livré l’autre jour à une idylle peu coûteuse en prenant le vapeur à deux sous qui descend la Seine jusqu’à Auteuil (une très brève traversée), et en dînant, sur le quai du fleuve, dans ce que l’on appelle en jargon parisien une guinguette. […] La Seine est large à Auteuil ; elle est enjambée par un majestueux viaduc à deux rangs d’arches, qui s’élève vers le ciel d’une manière pittoresque et monumentale. Votre table est dressée sous un treillis qui vous gratte la tête – dressée essentiellement avec une friture de poissons – et un vieil homme qui a l’air d’un exilé politique de grand style se plante devant vous pour pousser une chansonnette plaintive sur le respect dû aux cheveux blancs. Vous attestez, par le don de quelques sous, de l’estime que les siens vous inspirent, et il est rapidement remplacé par un estropié, un manchot, qui vous sert quelque chose de plus gai : « A la bonne heure ! Parlez-moi de ça ! ». Vous rentrez enfin à Paris, sur un fourgon à chevaux.

Henry JAMES, Esquisses parisiennes [1875], Paris, La Différence, 1988, p. 231


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.