Guillaume APOLLINAIRE, Le Flâneur des deux rives, 1918

Dans Le Flâneur des deux rives (1918), qui narre la promenade rêveuse du poète à Paris, figure cette mention nostalgique des berges à Auteuil, autrefois habitées de bouges et de guinguettes. Apollinaire rappelle combien il a aimé chanter la Seine et évoque le Pont Mirabeau.

Mais descendons vers la Seine. C’est un fleuve adorable. On ne se lasse point de le regarder. Je l’ai chantée bien souvent en ses aspects diurnes et nocturnes. Après le pont Mirabeau la promenade n’attire que les poètes, les gens du quartier et les ouvriers endimanchés.

Peu de Parisiens connaissent le nouveau quai d’Auteuil. En 1909 il n’existait pas encore. Les berges aux bouges crapuleux qu’aimait Jean Lorrain ont disparu. « Grand Neptune », « Petit Neptune », guinguettes du bord de l’eau, qu’êtes-vous devenus ? Le quai s’est élevé à la hauteur du premier étage. Les rez-de-chaussée sont enterrés et l’on entre maintenant par les fenêtres.

Guillaume APOLLINAIRE, Le Flâneur des deux rives, Paris, Editions de la Sirène, 1918, p. 20.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.