Jacques ROUBAUD, Je suis un crabe ponctuel, Anthologie personnelle, 2016

Le poète contemporain Jacques Roubaud consacre ici un texte à Raymond Queneau, qu’il imagine marchant en bord de Seine à Paris, plongé dans la composition d’un poème combinatoire, fait de lettres et de chiffres. Les feuilles d’automne et les feuilles du carnet à poème prennent pareillement l’eau de novembre et du fleuve.

Queneau en novembre

Je le vois au bord de la Seine

Couleur d’un ciel couleur de l’eau

Il rêve d’un monde rêvé

Où les nombres succombent mieux

Aux manigances du poème

Je vois, les feuilles sont tombées

Aux flaques de basse lumière

Est-ce décembre ou bien novembre ?

Dès que les feuilles sont tombées

On sort son carnet à poèmes

On marche sur le bord de Seine

C’est le soir : la pauvre lumière

Solaire faiblit. Il vaut mieux

Laisser son ombre prendre l’eau

Sous les averses de novembre

En rêvant du nombre rêvé

Notre ombre en automne prend l’eau

Nos pompes ne valent pas mieux

Gluantes des feuilles tombées

Dans les caniveaux de novembre

Le soir dirige sa lumière

Vers le calepin à poème

Où s’inscrit le nombre rêvé

En marchant sur les bords de Seine

[…]

Etait-ce décembre ou novembre

Je le vois sur le bord de Seine

Levant sa page à la lumière

Noircie de chiffres, molle d’eau

Il va sur les feuilles tombées

Il rêve du monde rêvé

Où nombres et mots du poème

Se plaisent et s’accordent mieux

[…]

Envoi

Tombe d’un rêve de novembre

J’ai mis ce poème à l’eau de Seine

Du mieux que j’ai pu, en lumière

Jacques ROUBAUD, Je suis un crabe ponctuel, Anthologie personnelle, Paris, Gallimard, 2016, p. 95.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.