La Chute du Pont de bois, Poème en II Chants, 1710

Un auteur anonyme, signant Le Br. écrit un poème de deux chants, mêlant l’épique au burlesque, racontant comment un bateau marchand transportant du vin sur la Seine se fracasse sur un pont en arrivant à Paris. Les hommes à bord, hargneux, somment le dieu Bacchus de venir leur rendre justice : ce dernier convoquant la fureur des vents et de la Seine détruit le pont.

Où la Seine étonnée, arrosant de son onde

Une Ville superbe en merveilles féconde,

Étends deux vastes bras, et par un long détour

Dans ces lieux enchantés prolonge son séjour ;

S’élève un pont formé d’une antique structure :

Dans son industrieuse, et rare architecture,

Qui semble commander à l’humide élément (…)

 

Mille forts Pilotis dans le sable enfoncés

Bravent l’onde écumante, et les vents courroucés. (…)

Ses larges flancs ouverts, comme autant de canaux,

Donnent libre passage aux plus vastes bateaux.

L’un porte dans son sein la liqueur sans pareille,

Par qui l’ennui s’endort, et le plaisir s’éveille,

Et l’autre renfermant de précieux trésors,

Des présents de Cérès vient enrichir nos ports.

 

La Seine dans un lieu si digne de lui plaire

Promène lentement une onde pure, et claire ;

Sur ce rivage orné de verdure, et de fleurs,

Ses eaux n’exhalent point de nuisibles vapeurs. (…)

 

Le bateau heurte une arche, et le brise en éclats.

Les tonneaux dispersés suivant l’eau qui les guide

Flottent au gré des vents sur la plaine liquide (…)

L’un maudissant la Seine, et son cruel rivage,

Fait éclater son zèle et se jette à la nage,

Et l’autre sur les bords content de soupirer,

Regrette tant de biens qu’on ne peut recouvrer.

 

Va, cours, sans différer, sur les bords de la Seine,

Signaler les transports de ta rage inhumaine,

Et secondant l’ardeur de mes ressentiments,

De ce pont que tu vois frappe les fondements (…)

De la Seine bientôt l’onde écume, bouillonne,

Tout frémit d’épouvante, et d’effroi tout frissonne : (…)

Quel désastre fatal ! les Naïades timides

En sentirent trembler leurs cavernes humides.

 

Quand on vit sur les eaux flotter de toutes parts

Les débris de ce pont confusément épars.

De Pilotis brisés la rive était couverte (…)

 

Apprends, nouveau Léandre, apprends vite à nager.

Abrège ton chemin par ce moyen facile,

De la Seine pour toi l’eau deviendra docile. (…)

Le Br., La Chute du Pont de bois, poème en II chants, Paris : G. Lamesle, 1710 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54551482/f2.image.r=pont%20la%20Seine

 

AUTEUR : Anonyme (Le Br.)

EPOQUE : XVIII

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATES : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– commercer

– transporter

– métiers

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– accident

– noyade


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.