Par Jean Bauduin

Amand Silvestre, En pleine fantaisie, « Ouverture de la pêche », 1884

Le poète défend la sensualité naturelle de l’Homme face à la moralisation publique de la société française du 19e siècle. Sur la Seine, le printemps suscite les rêveries du pêcheur qui repense à ses amours finis, et ces souvenirs trop fragiles affecte l’homme qui se retrouve réveillée en plein dans la vie, sur la vulgaire Seine, ce théâtre banal hors du rêve.

La Seine, la vulgaire Seine de banlieue, avec son horizon d’usines aux formidables tuyaux de pipe et sa flottille de bachots hérissés de lignes, avec ses remorqueurs bruyants qui secouent des chaînes comme les damnés et ses lourdes péniches aux sabords plantés de clématites, voilà le théâtre banal qui s’offrait, seul à mes premiers exploits [la pêche].

(…)

[Le lendemain] Le spectacle du jour levant était le plus beau du monde. Comme d’un œuf qui se brise et dont l’or se répand, le soleil s’élançait de l’horizon en ouvrant ses deux grandes ailes de lumière. Par derrière, et à l’occident encore à demi- noyé dans l’ombre, les vitres des maisons s’incendiaient de reflets éclatants, et l’on eût dit une illumination féérique. Les martinets se poursuivaient sur le fleuve, égratignant l’eau comme des flèches noires et y traçant des arabesques d’argent aussitôt effacés par le courant. (…) L’eau avait des odeurs vivantes comme celle d’une femme qui se réveille ; des musiques lointaines, faites de chants d’oiseaux et de dianes sonnées dans les casernes, exécutaient une aubade tout imprégnée d’espoir et de mélancolie.

(…)

Dans cette atmosphère alourdie et flottante, mon rêve évoqua des visions qui prirent des formes de plus en plus nettes en demeurant aériennes toutefois et prêtes à s’évanouir au premier souffle. La coupe du ciel, coupe de lapis clair et veiné de blanc, les accidents du paysage, les silhouettes de toute choses m’apparaissant retournées dans l’eau, ma propre image s’y déforma et il me sembla que j’étais moi-même, hôte paisible d’une mystérieuse rivière, poursuivi par un pêcheur que je reconnu bien vite [Amour]. (…) Cette fois, mon coeur lui-même était atteint et le pêcheur Amour riait de tout l’éclat méchant de ses dents gourmandes.

 

Amand Silvestre, En pleine Fantaisies, « Ouverture de la pêche », Paris: C. Marpon et E. Flammarion, 1884. P. 135. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/advancedSearch/

AUTEUR: SILVESTRE Amand

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Sur la Seine

STRATE: Sur

THEMATIQUE 3: SEINE A LOISIRS

  • Pêcher
  •  amours

FAIRE EN SEINE : 

  • usine/industrie 
  • naviguer

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.