Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, « L’Année terrible », 1872

Victor Hugo fait dans son poème, « En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens », écrit en 1872, une description du siège de Paris par la Prusse en 1871. Enfermé dans Paris durant le siège, Hugo fait une ode à la défense parisienne. Les Prussiens s’enhardissent de pouvoir prendre Paris aussi facilement qu’une prostituée, mais Hugo remarque, avec une pointe d’ironie, que s’ils espèrent qu’elle leur « ouvrira ses bras », c’est la Seine qui accueille dans son lit les cadavres des soldats ennemis, jouant ainsi d’ironie et du jeu de mots entre le lit d’une prostituée et celui du fleuve.

V

Oui, vous êtes venus et vous voilà couchés ;
Vous voilà caressés, portés, baisés, penchés,
Sur le souple oreiller de l’eau molle et profonde ;
Vous voilà dans les draps froids et mouillés de l’onde ;
C’est bien vous, fils du Nord, nus sur le flot dormant !
Vous fermez vos yeux bleus dans ce doux bercement.
Vous aviez dit : « – Allons chez la prostituée.
Babylone, aux baisers du monde habituée,
Est là-bas ; elle abonde en rires, en chansons ;
C’est là que nous aurons du plaisir ; ô Saxons,
O Germains, vers le Sud tournons notre œil oblique,
Vite ! en France ! Paris, cette ville publique,
Qui pour les étrangers se farde et s’embellit,
Nous ouvrira ses bras… » – Et la Seine son lit.

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, L’Année terrible, Michel Lévy, frères, 1872 (p. 64)


AUTEUR : HUGO, Victor
ÉPOQUE : XIX
GENRE : Poème
LIEU : Paris 
STRATE : Dans / Au bord

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-guerroyer

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE
-meurtre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.