Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, « Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux », 1876

Représentant du mouvement Parnassien, Ernest d’Hervilly nous montre par ce poème l’essence de la thématique des Parnasses : le beau. Usant de Romantisme, d’Hervilly acclame la beauté d’une femme qui regarde la Seine et conseille, avec humour, à la jeune femme de faire attention car la Seine pourrait bien lui voler son reflet/beauté, effrayant les pêcheurs havrais qui la retrouveraient dans leurs filets.

 

UNE JEUNE FEMME A LA MER

 

Suspendue aux rameaux plus qu’obligeants d’un frêne,

Tu t’inclines vers l’eau limpide de la Seine :

Ton visage charmant s’y reflète, et tu ris.

Très-bien. C’est un miroir qui vaut ceux de Paris.

Mais, prends bien garde, enfant ! si tout à coup le fleuve

Te volait ton image exquise et toute neuve,

Et s’en allait, joyeux, la porter à la mer !…

Vois-tu cela d’ici, mon souci le plus cher ?

Si la Seine emportait la radieuse trace

De ton minois rieur… jusqu’au Havre de Grâce !

Ton reflet pourrait bien alors être emmené

Juste près du bateau d’un pêcheur de la Manche,

Qui hale son filet et sur le flot se penche…

 

Hein ! comme il aurait peur, le bon vieux goudronné !

 

Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux, Alphonse Lemerre [Slatkine Reprints], 1876, III. 1876 (p. 196).

 

AUTEUR : D’HERVILLY, Ernest

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poèsie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se promener

-amours


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.