Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, 1885

Stanislas de Guaita se pose, par ce poème, écrit en 1885, en défenseur de la Seine face aux Parisiens, qui la critiquent alors qu’ils l’enlaidissent par leurs actions.

 

Je me suis dit, (voyant la Seine

Rouler sous les ponts ses flots verts,

Calme, à travers

Tes détritus, cité malsaine,)

Que les poètes, en leurs chants,

Sont bien méchants !

 

Laisse gronder la calomnie,

Ô fleuve ! Si, dans ton miroir

On a pu voir

Les hideurs et la vilenie

Que reflète, avec un sanglot,

Ton triste flot ;

 

Ô tombe errante, es-tu complice,

Quand, sous un ciel noir, l’assassin

Rougit ton sein,

Et, narguant l’affre du supplice,

Jette sa victime au courant

Qui fuit, pleurant ?…

 

Moi, je te sais innocent, Fleuve !

Prolonge ton murmure amer

Jusqu’à la mer !

À ton cours un peuple s’abreuve…

Mais l’enfant mord le sein maigri

Qui l’a nourri !

 

Paris ingrat qui te bafoue

Ne songe point — le gueux pervers —

Que tes flots verts

Lavent son front taché de boue,

Et daignent blanchir, en passant,

Ses mains de sang !

 

Novembre 1883.

 

Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, Alphonse Lemerre, éditeur, 1885 (p. 247-249).

 

 

AUTEUR : DE GUAITA, Stanislas

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : DANS / AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

– se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-meurtre

-la Seine putride


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.