Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, XIX

Chanson de cabaret, écrite par Maurice Mac-Nab durant la fin du 19ème siècle, probablement pour se produire au cabaret du Chat Noir à Paris. Elle utilise la saleté de la Seine comme ressort comique à une histoire. La Seine nous est présentée sous toutes ses couleurs face au chanteur qui la remonte patiemment en quête d’une eau claire pour pouvoir nager mais finit par se rendre compte qu’un cadavre de chien se trouve dans les eaux de Billancourt le forçant à abandonner sa quête.

 

La s’maine et surtout l’ dimanche,

Ça devrait pas êt’ permis

De nager et d’ fair’ la planche

Dans l’eau qui coule à Paris.

 

À Paris, la Seine est trouble

Et ça n’est pas drôl’ du tout,

D’ barboter dans du gras double :

J’ m’en vas m’ baigner à Chatou.

 

À Chatou, près d’ la rivière,

Je me transporte aussitôt ;

Mais j’ me dis : « L’eau n’est pas claire,

Allons nous baigner plus haut. »

 

Je marche et j’arrive en face

Du dépotoir de Saint-Ouen ;

Alors je fais un’ grimace,

La Seine est jaun’ comme un coing.

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plus haut, près du pont d’Asnières,

J’ m’apprête à faire un plongeon ;

Mais le fleuv’, chos’ singulière.

Est plus noir que du charbon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Au détour de Courbevoie

Je m’écri’ : « C’est là, parbleu,

Que j’ me baign’rais avec joie,

Mais le liquide est tout bleu ! »

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Bientôt j’arrive à Suresnes

Près d’un site ravissant ;

Mais soudain je vois la Seine

Qui devient couleur de sang !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plein d’une ardeur opiniâtre,

Je pousse jusqu’à Meudon ;

Mais là le fleuve est blanchâtre

Et roul’ des flots d’amidon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Enfin, trouvant l’eau moins grasse,

Je m’ décide à Billancourt :

J’ pique un’ têt’ dans la carcasse

D’un chien crevé d’puis quinz’ jours !

 

Depuis c’ jour-là je m’ méfie

Et, chaqu’ soir, de huit à neuf,

J’ m’en vais sans cérémonie

Tirer ma coup’ sous l’ Pont-Neuf !

 

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, Henri Heugel, s.d. (p. 99-108).

 

 

AUTEUR : MAC NAB, Maurice

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris et région parisienne (Chatou, Billancourt, Meudon, Courbevoie, Asnières, Saint-Ouen, Suresnes)

STRATE : DANS / AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-la Seine putride


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.