André Chénier, Élégie, 1889

Poème écrit en 1819. André Chénier fait de la Seine une divinité/nymphe, reprenant le mythe de Sequana, une déesse mineure gallo-romaine de la Seine. La Seine nous apparait comme une nymphe timide, loin du Pinde (la montagne des Dieux, dédiée aux Muses et proche du Parnasse), qui vient prendre, humblement, sa place de déesse devant l’assemblée de dieux.

 

Mais que les premiers pas ont d’alarmes craintives !

Nymphe de Seine, on dit que Paris sur tes rives

Fait asseoir vingt conseils de critiques nombreux,

Du Pinde partagé despotes soupçonneux

Affaiblis de leurs yeux la vigilance amère.

Dis-leur que sans s’armer d’un front dur et sévère,

Ils peuvent négliger les pas et les douceurs

D’une muse timide, et qui parmi ses sœurs,

Rivale de personne et sans demander grâce,

Vient, le regard baissé, solliciter sa place ;

Dont la main est sans tache, et n’a connu jamais

Le fiel dont la satire envenime ses traits.

 

Œuvres complètes d’André Chénier, 1889 / Élégie, IX

 

AUTEUR : CHENIER, André

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Paris et un lieu indéfini

STRATE : Aucune


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.