Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, 1924

Ecrit entre les deux grandes guerres, Ernest Raynaud nous fait, dans le poème « Seine », issue de son livre « A l’ombre de mes dieux » et écrit en 1924, une ode à la Seine et à Paris. La ville, illuminée de bonheur, ne mettant ainsi que mieux en valeur la Seine.

 

LA SEINE

 

Loin des remous de la cohue et des bruits laids,

Je te regarde luire en ce jour de lumière,

Ô mon fleuve, ô ma Seine ! et glisser, d’une eau fière,

Dans une perspective ouverte de palais.

 

Chaque pont, arche souple, ébloui de reflets,

Clame un nom de victoire avec sa voix de pierre,

Tandis qu’une ombre drue, à la berge ouvrière,

Gazouille un vieux refrain rustique où je me plais.

 

Un renouveau d’espoirs se dénoue en volutes ;

Et, comme l’Âge d’or sommeille au cœur des flûtes,

Tout un bonheur perdu respire en ce tableau.

 

Ici, Paris n’est plus que joie, azur, espace,

Et pour fleurir sa gloire, il y cueille avec grâce

Tous les frissons épars du feuillage et de l’eau.

 

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, Librairie Garnier frères, 1924 (p. 18).

 

 

AUTEUR : RAYNAUD, Ernest

ÉPOQUE : XX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

-amours


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.