Un nouveau souffle pour les noyés de la seine

Au XVIIIème siècle, les Parisiens aiment se baigner dans la Seine mais les noyades ne se font pas rares. Pendant longtemps, les médecins ont cru que les décès par noyade étaient causés par la consommation excessive d’eau et ils ne savaient pas distinguer les différentes formes d’asphyxies.

Au XVIIIe siècle, la première mesure prise contre un noyé était de lui faire cracher l’eau avalée. La victime était pendue par les pieds puis roulée dans un tonneau. Si l’eau ne l’avait tuée, le traitement s’en occupait. Ce n’est qu’en 1740 qu’une interdiction a été émise qui interdisait aux gens de soulever les noyés par leurs pieds et de les rouler dans des barils.

Les techniques de premier secours ne sont pas d’un stade avancé. L’apparition du processus de la “fumigation de tabac par le fondement”, ce qui signifie l’injection de fumée dans les intestins par l’anus, invention de l’échevin Philippe-Nicolas Pia. Cette méthode s’est propagée dans de nombreuses villes d’Europe et surtout celle comportant un fleuve à partir de 1760. Ainsi, les boîtes fumigatoires sont mises en place le long de la seine ou de d’autre fleuves, permettant de sauver de nombreux noyés.

L’APPAREIL FUMIGATOIRE DE L’ÉCHEVIN DE PARIS PHILIPPE-NICOLAS PIA, le 27/06/2018 publié dans lN°279 de Subaqua : http://le 27/06/2018 publié dans le N°279 de Subaqua 
Quand on réanimait les noyés de la Seine en soufflant dans leur derrière-Zigzag: https://www.pariszigzag.fr/secret/histoire-insolite-paris/quand-on-reanimait-les-noyes-de-la-seine-en-soufflant-dans-leur-derriere 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.