Annie ernaux, la place, 1983

Annie Ernaux a écrit La Place, roman autobiographique qui retrace ses souvenirs d’enfance à travers la figure de son père, le récit s’ouvre d’ailleurs sur sa mort. Née à Lillebonne, elle grandit à Yvetot en Seine-Maritime où la Seine se déploie en fond pour servir de décor ou encore de contexte au géniteur qui y a travaillé.

<< Au repas de mariage, dans un restaurant avec vue sur la Seine, il se tient la tête un peu en arrière, les deux mains sur sa serviette étalée sur les genoux et il sourit légèrement, dans le vague, comme tous les gens qui s’ennuient en attendant les plats. Ce sourire veut dire aussi que tout, ici, aujourd’hui, est très bien. Il porte un costume bleu à rayures, qu’il s’est fait faire sur mesures, une chemise blanche avec, pour la première fois, des boutons de manchette. >>

[…]

<< Le café-épicerie de la Vallée ne rapportait pas plus qu’une paye d’ouvrier. Mon père a dû s’embaucher sur un chantier de construction de la basse Seine. Il travaillait dans l’eau avec des grandes bottes. On n’était pas obligé de savoir nager. Ma mère tenait seule le commerce dans la journée.

Mi-commerçant, mi-ouvrier, des deux bords à la fois, voué donc à la solitude et à la méfiance. Il n’était pas syndiqué. Il avait peur des Croix-de-Feu qui défilaient dans L… et des rouges qui lui prendraient son fonds. Il gardait ses idées pour lui. Il n’en faut pas dans le commerce. >>

Annie Ernaux, La Place, éditions folio, 1883

AUTEUR  : ANNIE ERNAUX

ŒUVRE  : La place

GENRE  : Roman

ÉPOQUE  : XX

LIEU  : Lillebonne

STRATE  :

AU BORD / DANS

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-métiers

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

  • Restaurants & guinguettes


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.