Amédée Fraigneau, Rouen-Bizarre, 1888

Rouen-Bizarre est un livre qui a été écrit par Amédée Fraigneau, un journaliste pour le Nouvelliste de Rouen. Le livre a été publié en 1888 et porte, dans son ensemble, sur la ville de Rouen. Une partie du livre s’intitule Les métiers bizarres et plusieurs métiers, qui ne sont pas les plus communs y sont évoqués.

 

<< LES CHERCHEURS DE « MACHABÉS »


La désignation du noyé par le mot « machabé » n’est peut-être pas très-respectueuse, mais nous sommes obligé de laisser à chaque métier tout son pittoresque, même dans l’horrible. D’ailleurs, l’expression est bien connue et employée un peu partout, en France. Quel est le créateur du mot ? Nous l’ignorons ; mais c’est certainement un homme peu ordinaire et qui avait fait des études classiques.

Ceux qui lisent la chronique locale de nos journaux ont vu sûrement des centaines de fois un entrefilet débutant ainsi :

« La série des suicides continue. Hier, un sieur X… s’est jeté à la Seine, etc… »

Ou bien encore : « Un bien triste accident s’est produit hier à la hauteur du quai… Un homme est tombé à la Seine, en déchargeant un bateau… »

Deux ou trois fois par semaine, le même entrefilet qu’on essaye de varier dans la forme, mais qui dans le fond est le même, apparaît aux lecteurs. Ce qui permet d’établir une statistique d’au moins 130 ou 140 noyés par an, à Rouen, dans la Seine. >>

Amédée Fraigneau, Rouen Bizarre, 1888, p.202

 

<< LES TIRE-BOUCHONS
Il ne s’agit pas d’un instrument, mais d’un homme. Le tire-bouchon rouennais, comme le graisseux et le pirate du Robec, gagne sa vie dans l’eau et il la gagne même assez largement.

Il est bien au courant des heures de la marée et, selon ces heures, il monte ou descend avec la Seine. Tantôt il est en amont du nouveau pont, mais le plus souvent en aval. Il affectionne les endroits ou le fleuve forme un coude brusque ; il adore les roseaux dont les tiges réunies forment pour lui une sorte de grillage naturel ; mais sa prédilection est pour les petites baies temporaires engendrées sur les quais par les travaux du port. C’est là que le courant dépose les bouteilles vides et les bouchons. Notre homme n’a qu’à les ramasser et, quand il y a beaucoup d’ouvriers travaillant aux alentours, la récolte est toujours des plus fructueuses. >>

Amédée Fraigneau, Rouen Bizarre, 1888, p.198

 

AUTEUR  : AMEDEE FRAIGNEAU

ŒUVRE  : Rouen-Bizarre

GENRE  : Historiographie

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : Rouen

STRATE  : DANS

THÉMATIQUE 2  : FAIRE EN SEINE

-métiers

THÉMATIQUE 4  : SEINE INTERLOPE

-noyade

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.