Denis Diderot, Lettres à Sophie Volland, 1759

De son vivant, Denis Diderot avait échangé de nombreuses lettres avec Sophie Volland. Sophie Volland, qui se nommait auparavant Louise-Henriette Volland, avait fait la rencontre de Diderot en 1754 et ils ont par la suite entretenu une liaison.

Dans cet extrait, Diderot évoque les anglais ainsi que le suicide et cite des faits où un homme s’est ôté la vie en se tirant sur la tête et où un autre s’est jeté dans la Seine. La Tamise, qui est un fleuve qui se situe dans le sud de l’Angleterre est également évoqué dans le texte et est, tout comme la Seine, présenté comme un fleuve où des suicides ont également lieu.

<< L’Anglais est joueur ; il joue des sommes effroyables. Il joue sans parler, il perd sans se plaindre, il use en un moment toutes les ressources de la vie ; rien n’est plus commun que d’y trouver un homme de trente ans devenu insensible à la richesse, à la table, aux femmes, à l’étude, même à la bienfaisance. L’ennui les saisit au milieu des délices, et les conduit dans la Tamise, à moins qu’ils ne préfèrent de prendre le bout d’un pistolet entre leurs dents. Il y a, dans un endroit écarté du parc de Saint-James, un étang dont les femmes ont le privilège exclusif : c’est là qu’elles vont se noyer. Écoutez un fait bien capable de remplir de tristesse une âme sensible. Le Baron est conduit chez un homme charmant, plein de douceur et de politesse, affable, instruit, opulent et honoré ; cet homme lui paraît selon son cœur ; l’amitié la plus étroite se lie entre eux ; ils vivent ensemble et se séparent avec douleur. Le Baron revient en France ; son soin le plus empressé, c’est de remercier cet Anglais de l’accueil qu’il en a reçu et de lui renouveler les sentiments d’attachement et d’estime qu’il lui a voués. Sa lettre était à moitié écrite lorsqu’on lui apprend que, deux jours après son départ de Londres, cet homme s’était brûlé la cervelle d’un coup de pistolet. Mais ce qu’il y a de singulier, c’est que ce dégoût de la vie, qui les promène de contrée en contrée, ne les quitte pas ; et qu’un Anglais qui voyage n’est souvent qu’un homme qui sort de son pays pour s’aller tuer ailleurs. N’en voilà-t-il pas un qui vient tout à l’heure de se jeter dans la Seine ? On l’a péché vivant ; on l’a conduit au Grand-Châtelet, et il a fallu que l’ambassadeur interposât toute son autorité pour empêcher qu’on n’en fît justice. M. Hume nous disait, il y a quelques jours, qu’aucune négociation politique ne l’avait autant intrigué que cette affaire, et qu’il avait été obligé d’aller vingt fois chez le premier président avant que d’avoir pu lui faire entendre qu’il n’y avait dans aucun des traités de la France et de l’Angleterre aucun article qui stipulât défense à un Anglais de se noyer dans la Seine sous peine d’être pendu ; et il ajoutait que, si son compatriote avait été malheureusement écroué, il aurait risqué de perdre la vie ignominieusement, pour s’être ou ne s’être pas noyé. Si les Anglais sont bien insensés, vous conviendrez que les Français sont bien ridicules. >>

Denis Diderot, Lettres à Sophie Volland, Texte établi par J. Assézat et M. Tourneux, Garnier, XIX, p.183-184

AUTEUR  : DENIS DIDEROT

ŒUVRE  : Lettres à Sophie Volland

GENRE  : ECRITS PERSONNELS

ÉPOQUE  : XVIII

LIEU  : Paris (Châtelet)

STRATE : DANS

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-Noyade

THÉMATIQUE 5 : HORS-LIEUX

-Fleuve


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.