La Seine, le XXI ème arrondissement de Paris ?

“La Seine, c’est le XXIe arrondissement”, c’est ce que disent les Parisiens. Un lieu à part, certes niché au beau milieu de la ville, mais obéissant à ses propres règles.

À partir du XVIIIe siècle, le bateau en bois appelé péniche devient un lieu de travail et d’habitation des mariniers. Nous avons comme exemple le peintre Charles François Daubigny qui se fit construire Le Botin, une péniche dans laquelle il vécut et travailla tout en explorant la Seine au milieu du XIXème siècle. Par la suite, la population aisée et aristocratique de Paris acquit ce genre de bien et l’améliora en installant un groupe électrogène ou encore des réservoirs sur le toit pour avoir l’eau courante. Alors que de nombreuses zones rurales à cette époque n’étaient pas équipées en électricité, eau, égouts ou téléphone, les péniches jouissaient d’un confort et de la Révolution industrielle. 

En 1929, Georges Simenon fit le tour des canaux français à bord de sa péniche, puis l’installe sur les bords de la Seine parisienne pendant trois ans. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce fut au tour des Américains restés à Paris, dont l’acteur Sterling Hayden, de s’établir sur les bords de la Seine.

En 1975, des pénichards parisiens résistant à leur expulsion, créent une association de défense de l’habitat fluvial. Ce n’est que vingt ans plus tard qu’ils obtinrent une certaine reconnaissance et un statut.

Dans les années 1980 et 1990, des personnalités du show-biz et des médias, ainsi que des cadres, des diplomates et bien d’autres se laissèrent séduire par l’habitat fluvial. Cette formule permettait de disposer d’une grande surface habitable au cœur de Paris pour un prix dérisoire.

Aujourd’hui, ce phénomène est en pleine expansion. Le marché de l’habitat flottant se développe alors très vite après les années 1970, pour son aspect marginal et son accessibilité financière. Il permet de résider à « moindre coût » dans les grandes villes, très prisées et où le marché de l’immobilier est exorbitant.

Point judiciaire: selon la loi française, les habitats flottants sont assimilés à de petits bateaux. Ce qui signifie, qu’ils sont liés par les règlements du navire, et s’ils doivent se déplacer, ils doivent se conformer aux règlements de navigation. Pour le coup, il n’est plus nécessaire d’adopter les règles classiques d’habitat terrestre prévues dans la loi sur la construction et le logement .

L’habitat flottant en France : cadre juridique et perspectives – Léa Bréard: https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02095013/document

L’histoire de l’habitat flottant – Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-lhabitat-flottant.html

L’histoire de la “Péniche”- Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-la-peniche.html

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.