Mac-Nab, Poèmes mobiles ; Monologues, 1890

Mac-Nab a écrit un recueil intitulé Poèmes mobiles ; Monologues qui a été publié en 1890. Ce recueil est divisé en trois parties qui regroupent trois types de récits : la première partie se nomme Poèmes mobiles, la deuxième partie se nomme Monologues en prose et la dernière partie se nomme Simples chansons. La Mort du Poète est une chanson qui se situe à la fin de la dernière partie du livre. Le suicide d’un poète qui se jette dans la Seine depuis le pont des Saint-Pères, à Paris y est mis en scène et la Seine y est décrite comme celle qui lui donne la mort.

 

Simples chansons ;

La Mort du Poète.

A Eugène Mesplès.

C’était un homme long, déhanché, sec et blême,

Vêtu d’un habit vieux autant que l’univers ;

Sa vie était un mythe et sa bourse un problème :

Chacun le croyait fou, car il chantait des vers !

 

Or cet homme, songeant à des jours plus prospères,

S’en allait à pas lents sur le pont des Saint-Pères :

(Ce pont que fait trembler le poids des omnibus

Ainsi qu’un régiment sous le choc des obus !…)

 

Il regardait la Seine, infâme pourvoyeuse

De la mort ! cette Seine à la chanson joyeuse,

Plus perfide que les sirènes de jadis,

Dont le murmure lent n’est qu’un De profundis !

—————————————————————-

Je ne connaissais pas ce malheureux bohème.

Et, pourtant, j’ai pleuré, quand j’ai su le soir même

Qu’on avait retrouvé son cadavre à Puteaux.

<< Homo sum, et nihil humani a me alienum puto ! >>

Mac-Nab, Poèmes mobiles ; Monologue, éditeur des Modernes, édité par Léon Vanier, 1880, p139

 

AUTEUR  : MAC-NAB

ŒUVRE  : Poèmes mobiles ; Monologue

GENRE  : POÉSIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : Paris

STRATE  : SUR

 

THÉMATIQUE 4  : LA SEINE INTERLOPE

-Noyade


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.