SE NOYER dans la Seine: Suicide ou malchance

La Seine est un fleuve où de nombreuses tragédies se sont produites. . Ici, nous nous intéresserons au suicide de personne connue telle que des artistes, des écrivains ou même des hommes de loi qui se sont donné la mort en se jetant des bords de la Seine.

La liste commence au XIXème siècle, nous mentionnerons Antoine-Jean Gros, mort en 1835. Il était peintre néoclassique français et préromantique; comme écrivain nous pouvons citer Louis-Simon Auger, qui s’est suicidé en 1829. Il était journaliste, critique littéraire et dramaturge français. Plus récemment, Boris Fraenkel, homme politique s’est donné la mort en 2006.

Un exemple représentatif cependant, des noyés en littérature, est celui de la fille de Victor Hugo, Léopoldine. Elle s’est noyé dans la Seine avec son mari Charles Vacquerie en 1843. Le drame s’est passé lorsque leur canot chavira. Selon des témoignages de paysans, Charles plongea six fois pour récupérer Léopoldine, qui, sous l’eau, se cramponnait désespérément au canot renversé. Charles était un excellent nageur, mais Léopoldine s’accrochait comme le font les noyés, avec l’énergie du désespoir. Les efforts désespérés de Charles restèrent sans succès. Alors, voyant qu’il ne la ramènerait pas avec lui dans la vie, il plongea une dernière fois et se noya avec elle.

La liste n’est évidemment pas exhaustive et nous ne comptons pas en faire une. Beaucoup d’artistes, de gens de lettres ou de hauts fonctionnaires se sont suicidés dans la Seine. Mais les noyades ne sont pas toujours volontaires et d’autres phénomènes macabres font de la Seine un cimetière. 

 

  • Henri GourdinLéopoldine, l’enfant-muse de Victor Hugo, Presses de la Renaissance, 2007.
  • Pierre GeorgelLéopoldine Hugo, une jeune fille romantique, MVH, Paris, 1967.
  • Louis-Gabriel MichaudBiographie universelle ancienne et moderne : ou histoire par ordre alphabétique, de la vie privée et publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, t. 22, Paris, Charles Delagrave , 1870, p. 423-6.
  • Notice biographique de l’Académie française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.