Franchir la Seine : Une variété de ponts

Comme nous le savons, la Seine est un fleuve long de 774,76 kilomètres, et qui arrose Paris, Rouen et Le Havre. La Seine divise souvent les villes, c’est le cas de Paris et de Rouen. Afin de pouvoir franchir et habiter les deux rives, la construction du pont était incontournable.

Ainsi, on dénombre 257 ponts, de différentes sortes (routières, ferrées ou bien piétonnes). Certains sont en ruine ou bien infranchissables, mais d’autres sont inscrits ou classés aux Monuments historiques, ou encore répertoriés dans l’Inventaire général du patrimoine du ministère de la Culture.

Nous pouvons citer des ponts qui se trouvent dans le département de la Seine-Maritime, d’abord des ponts routiers, tel que le pont de Tancarville (Quillebeuf-sur-Seine/Tancarville), le pont de Normandie (Harfleur/LeHavre), le pont de Brotonne ( Arelaune-en-Seine/Rive-en-Seine) ou encore le pont Guillaume-le-Conquérant (Rouen/Rouen).

Pour les voies ferrées, de nombreux viaducs sont construits, pour en citer quelques-uns, il y a le viaduc d’Eauplet (Sotteville-Lés-Rouen/Bonsecour)ou le viaduc de Tourneville (Île aux bœufs/Tourneville-la-rivière).

Et pour terminer en ce qui concerne les ponts pour piéton, nous pouvons en citer de très célèbres, tels que la passerelle de l’Avre (Saint-Cloud/ Paris,16ème), œuvre de Gustave Eiffel ou bien, le Pont des Arts, communément surnommé « le Pont aux cadenas », connu pour représenter l’amour entre deux personnes. Les deux parties gravent sur le cadenas une date qui leur tient à cœur puis, la tradition est de jeter la clé dans le fleuve. Mais en 2015, la structure étant fragilisée par les tonnes de cadenas, la ville décide de remplacer les grillages par des panneaux en verre.

“Passent les jours et passent les semaines ni temps passé ni les amours reviennent sous le pont Mirabeau coule la Seine”- Guillaume Apollinaire.

H. FrèreLes Ponts de Rouen, leur histoire (1025-1868), Rouen, 1868

Henry-Louis DublyPonts de Paris à travers les siècles, Paris, Henri Veyrier, 1973  p. 143-147.

Bernard MarreyLes Ponts modernes. XVIII-XIXe siècles, Paris, Picard Éditeur, 1990 p. 109-112.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.