Le Sire de Chambley, La légende des sexes, poèmes hystériques et profanes, 1882

La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes est un recueil qui a été écrit par Edmond Haraucourt, dont le pseudonyme est Sire de Chambley et est paru en 1882. Le recueil a été imprimé à Bruxelles dans un nombre très réduit d’exemplaires qui ont tous été signés par l’auteur. Ce n’est cependant qu’après l’impression du recueil que l’écriture du poème L’hymne des noyésqui appartient à cet ouvrage, a été finalisée.

Ce poète présente un hymne qui s’échappe directement de la Seine et se propage dans l’air pour exprimer la parole de ceux qui se sont noyés dans le fleuve. Dans cet hymne, les revenants s’expriment à propos de leur présence qui demeure dans le lieu où ils ont perdu la vie, du thème de la mort ou encore des êtres vivants qu’ils ont pu apercevoir aux alentours de la Seine.

 

L’HYMNE DES NOYÉS

 

La Seine se déploie en frémissements vagues
Où le reflet du gaz agite un rouge éclair,
Tandis qu’un courant fuit dans la fuite des vagues,
Plus opaque et pourtant plus clair ;
Il glisse, lourd comme une lave,
Sur le flanc des piliers qu’il lave,
Et voici qu’un hymne humble et grave
Monte dans l’air.

« Nous sommes les noyés des grandes nuits lascives,
Les doux inachevés, les chauds et courts destins ;
Nous sommes le flot blanc des races convulsives
Qui jaillit des soirs aux matins :
Nous ruisselons comme des fleuves,
Fils de nonnes et fils de veuves,
Fils de vierges prudemment neuves,
Fils de catins.

« Pollen des lits bourgeois et des ennuis nocturnes,
Fleurs d’amour, fleurs sans fruit des soirs sans lendemain,
Nous chantons notre glas dans l’eau froide des urnes,
Au clapotis rose des mains ;
Nous passons sans que nul nous voie,
Mais avant d’être ceux qu’on noie,
Nous noyons dans des mers de joie
Les cœurs humains.

« Nous sommes les enfants ignorés de leurs mères ;
Nés d’un frisson d’amour, nous mourons de frissons,
Et plus que les fœtus nous sommes éphémères,
Nous, leurs frères, qui nous berçons
Dans nos berceaux de porcelaine
Accrochés aux duvets de l’aine,
Comme au long des sentiers la laine
Pend aux buissons.

« Et tous, assassinés par l’onde du baptême
Dans les Saxe et les Chine ou dans les grès rugueux,
Dans les fleurs des faïences ou les fleurs de Bohème,
Nous fluons à l’égout fongueux :
Puis notre flotte erre et navigue
Dans l’écluse, contre la digue
Et sous le pont où la fatigue
Endort les gueux.

« Nous en avons tant vu grelotter sous les arches
Que nous en avons pris en pitié les vivants ;
Tant vu qui regardaient, assis aux bords des marches,
Courir leurs rêves décevants ;
Et mieux vaut le peu que nous sommes
Que d’être devenus des hommes
Essayant de pénibles sommes
À tous les vents !

« Nous aurions pu peupler cent mille fois la terre,
Être héros, rois, dieux, avoir soif, avoir faim ;
Nous étions tout, étant le nombre et le mystère,
L’ébauche du projet divin :
Mais nous roulons, tourbe inféconde,
Vers l’inféconde mer qui gronde,
Vers la mer cuvette du monde,
Sans fond, sans fin ! »

Le sire de Chambley.
 
Le sire de Chambley, La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes, 1882, p. Note-NP.
 

AUTEUR  : Le sire de Chambley
ŒUVRE  : La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes
GENRE  : Poésie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : HORS-LIEUX

STRATE  : DANS / SUR

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-Traverser la Seine

-Remonter la Seine

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-Noyade

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.