Patrick MODIANO, Fleurs de ruine, 1991

Patrick MODIANO, Fleurs de ruine, Paris, Gallimard, 1991.

« Dès que j’avais abordé la rive droite, l’air me semblait plus léger. »

Cité dans Françoise BESSE, Paris vu et vécu par les écrivains, Parigramme, 2016 / « Le pont des Arts constituait pour Modiano enfant la frontière entre deux univers. A la rive gauche, où habitait sa famille, restaient associés les souvenirs d’une enfance mal-aimée et d’un frère mort très jeune. » (p. 121)

« 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.