Tous les articles par Sonia Anton

La mort de Javert, Les Misérables, Victor HUGO, 1862

Les Misérables, (c)Tom Hooper, 2013

HUGO, Victor, Les misérables [1862], V, Livre 4, Folio.

“Javert sécha l’encre fraîche sur le papier, le plia comme une lettre, le cacheta, écrivit au dos : Note pour l’administration, le laissa sur la table, et sortit du poste. La porte vitrée et grillée retomba derrière lui.

Il traversa de nouveau diagonalement la place du Châtelet, regagna le quai, et revint avec une précision automatique au point même qu’il avait quitté un quart d’heure auparavant; il s’y accouda, et se retrouva dans la même attitude sur la même dalle du parapet. Il semblait qu’il n’eût pas bougé.

L’obscurité était complète. C’était le moment sépulcral qui suit minuit. Un plafond de nuages cachait les étoiles. Le ciel n’était qu’une épaisseur sinistre. Les maisons de la Cité n’avaient plus une seule lumière; personne ne passait; tout ce qu’on apercevait des rues et des quais était désert; Notre-Dame et les tours du Palais de justice semblaient des linéaments de la nuit. Un réverbère rougissait la margelle du quai. Les silhouettes des ponts se déformaient dans la brume les unes derrière les autres. Les pluies avaient grossi la rivière.

L’endroit où Javert s’était accoudé était, on s’en souvient, précisément situé au-dessus du rapide de la Seine, à pic sur cette redoutable spirale de tourbillons qui se dénoue et se renoue comme une vis sans fin.

Javert pencha la tête et regarda. Tout était noir. On ne distinguait rien. On entendait un bruit d’écume; mais on ne voyait pas la rivière. Par instants, dans cette profondeur vertigineuse, une lueur apparaissait et serpentait vaguement, l’eau ayant cette puissance, dans la nuit la plus complète, de prendre la lumière on ne sait où et de la changer en couleuvre. La lueur s’évanouissait, et tout redevenait indistinct. L’immensité semblait ouverte là. Ce qu’on avait au-dessous de soi, ce n’était pas de l’eau, c’était du gouffre. Le mur du quai, abrupt, confus, mêlé à la vapeur, tout de suite dérobé, faisait l’effet d’un escarpement de l’infini.

On ne voyait rien, mais on sentait la froideur hostile de l’eau et l’odeur fade des pierres mouillées. Un souffle farouche montait de cet abîme. Le grossissement du fleuve plutôt deviné qu’aperçu, le tragique chuchotement du flot, l’énormité lugubre des arches du pont, la chute imaginable dans ce vide sombre, toute cette ombre était pleine d’horreur.

Javert demeura quelques minutes immobile, regardant cette ouverture de ténèbres; il considérait l’invisible avec une fixité qui ressemblait à de l’attention. L’eau bruissait. Tout à coup, il ôta son chapeau et le posa sur le rebord du quai. Un moment après, une figure haute et noire, que de loin quelque passant attardé eût pu prendre pour un fantôme, apparut debout sur le parapet, se courba vers la Seine, puis se redressa, et tomba droite dans les ténèbres; il y eut un clapotement sourd; et l’ombre seule fut dans le secret des convulsions de cette forme obscure disparue sous l’eau.”

André BRETON, Poisson soluble, 1924

BRETON, André, Poisson soluble [1924],  Gallimard, coll. « Poésie », 1996,  partie 3, p. 36

“Non loin de là, la Seine charriait de façon inexplicable un torse de femme adorablement poli bien qu’il fût dépourvu de tête et de membres et quelques voyous qui avaient signalé depuis peu son apparition affirmaient que ce torse était un corps intact, mais un nouveau corps, un corps comme on n’en avait assurément jamais vu, jamais caressé. La police, sur les dents, s’était émue mais comme la barque lancée à la poursuite de l’Eve nouvelle n’était jamais revenue, on avait renoncé à une seconde expédition plus coûteuse et il avait été admis sans caution que les beaux seins blancs et palpitants n’avaient jamais appartenu à une créature vivante de l’espèce de celles qui hantent encore nos désirs. Elle était au-delà de nos désirs, à la façon des flammes et elle était en quelque sorte le premier jour de la saison féminine de la flamme, un seul 21 mars de neige et de perles.” ((R)Poésie / Gallimard, 1996, p. 36.)

GéoSeine

(c)Estelle Coletta

GéoSeine est un programme de recherches porté par l’université du Havre, en partenariat avec les universités de Rouen, Caen, l’École supérieure d’Art et de Design de Rouen et du Havre, et l’École nationale supérieure d’architecture de Normandie. Ce projet a été sélectionné pour être porté par le dispositif régional “Réseaux d’intérêt normand” et se déroulera sur 3 ans à compter de septembre 2018.

Ce programme de recherches consiste à explorer les représentations littéraires et artistiques de la Seine, en utilisant la méthode géocritique initiée à l’université de Limoges par Bertrand Westphal. Il se déploie autour de 4 axes : Axe littérature / Axe arts / Axe histoire séquanienne / Axe tourisme.

Ce carnet rendra compte de l’avancée des 4 axes et se fixe les objectifs suivants : constituer le corpus de textes littéraires sur la Seine, qui servira à terme à construire un atlas numérique du fleuve; rendre compte des recherches et performances artistiques qui seront réalisées in situ, qui donneront lieu à terme à des expositions et alimenteront l’atlas numérique du fleuve; partager l’avancement de l’édition des oeuvres de Philippe-Urbain Thomas, intellectuel séquanien, pour l’axe histoire; dresser un état des lieux des dispositifs existant en terme de valorisation touristique du patrimoine littéraire.

Le carnet sera alimenté par les chercheurs et les équipes impliqués dans GéoSeine.