Tous les articles par Maëva Cléac'h

Clepsydre sur Seine, Bertrand Puard, 2019

Alors qu’Ewan Lahuppe découvre sur ses écrans radars un microscopique village nommé Heurteauville aux abords de l’abbaye de Jumièges, son père décide d’aller s’y installer avec toute sa famille. Perdu au milieu de nulle part, une communauté scientifique et de nombreux milliardaires s’y cachent, ils découvrent alors un gisement de cristaux de temps piégé dans des dépôts alluvionnaires de la Seine. Son père Antoine tente de convaincre son fils :

 

— Nous en avons déjà discuté des dizaines de fois, Ewan, dit Claude en s’agenouillant devant son fils. Tu me parles toujours du négatif, sans voir tout ce que nous allons gagner à vivre là-bas. Et toi qui aimes tant les mystères et les légendes, tu seras servi avec l’abbaye de Jumièges qui se situe de l’autre côté de la Seine… Fais-moi confiance, fils, je t’assure que tu seras heureux là-bas… Si je pensais le contraire, je ne vous aurais pas fait venir, Marie, Chloris et toi, et nous aurions continué à vivre séparés, même si cette situation nous rendait tous tristes. Et pour ce qui est de tes copains parisiens que tu vas laisser derrière toi, eh bien ils viendront chez nous prendre le bon air normand le week-end…

 

Bertrand Puard, Clepsydre sur Seine, Editions du Rocher, 2019, p.2

Evangile pour un gueux, Alexis Ragougneau

Alexis Ragougneau pointe les maux de la société, les tensions entre ceux qui se soulèvent et ceux qui dirigent. Alors que des tensions apparaissent lorsqu’un groupe de SDF revendique un logement pour tous, le corps mutilé de Mouss, porte-parole des sans abri, est repêché dans la Seine :

” Alors, qui avons-nous là ? Individu non identifié de sexe masculin, de vingt-cinq à trente-cinq ans, de type nord-africain ? Le corps à été retrouvé le 21 avril en fin de journée, flottant dans la Seine à hauteur de l’escale Batobus du port de Montebello. Cyanose du visage d’un beau bleu violacé. Yeux turgescents. Œdèmes au niveau des paupières. Présence de champignons de mousse au niveau des orifices de la face. Ecchymoses au niveau des paupières. Présence de champignons de mousse au niveau des orifices de la face. Ecchymoses nombreuses à hauteur des genoux et des avant-bras, éventuellement dues au charriage du corps au fond de l’eau ; je pencherais plutôt pour des tentatives infructueuses de remonter sur la terre ferme juste avant l’asphyxie fatale. L’examen des poumons devra confirmer l’hypothèse de la mort par noyade. Le degré de macération de la peau indique – compte tenu de la température de l’eau – que l’immersion a duré entre deux et quatre jours. L’épiderme se décolle au niveau des mains et des pieds. Traces de putréfaction sur le cou et la région thoracique. Regardez-moi la profondeur de ce vert, lieutenant, c’est tout de même étonnant ce que la mort peut produire comme couleurs.”

 

Ragougneau, Alexis. Evangile pour un gueux. Chemins nocturnes policiers, (p. 11). 2016. Editions Viviane Hamy. 

Charles demailly, Jules et Edmond de Goncourt

Les frères De Goncourt nous raconte l’histoire de Charles Demailly, rédacteur au journal « Le Scandale », homme de lettres et « triste héros », qui s’oppose aux idées de ses amis du cercle littéraire où il évolue. Au sein d’une société d’idées et d’art, il nous emmène dans l’intimité d’un cercle de lettrés et nous présente une véritable « visite » de Paris, dans les théâtres, les bals et les cafés, avec des scènes qui se situent auprès du fleuve et qui incarnent une multitude de sentiments. Une fois embarqué avec sa compagne, la description détaille le paysage alentour :

 

Ils passaient, ils glissaient de longues heures ainsi entre les arbres, dont l’ombre au loin, se serrant contre la rive, ouvrait à leur regard et à leur promenade une grande avenue lumineuse où jouait le ciel bleu. Autour d’eux, les moires de l’eau, répétées au fond du fleuve, traînaient dans le courant un réseau tremblant de lumière, dont les mailles de soleil emprisonnaient l’onde, les herbes et les poissons. À cette heure, la Seine rayonnait éblouissante ; soleil clignotant, le regard perdu dans l’incendie rayé par le sillon de la barque, ne percevaient plus que des éclairs çà et là, les ricochets de feu le long des troncs de saules et des estacades, la ligne de feu qui lignait le bord d’une nacelle, la raie de feu d’un jonc droit dans l’eau.

 

Edmond DE GONCOURT, Les hommes de lettres, E.Dentu, 1860.

(Deuxième édition/ Edmond DE GONCOURT, Charles Demailly, A.Lacroix : Verboeckoven et Cie, 1868)