Tous les articles par ophelieclerisse

La Seine à Paris, Maxime Du Camp, 1879

Dans La Seine à Paris (1879) de Maxime Du Camp, la Seine a joué un rôle important dans l’évolution historique de Paris. Tout échange, dépôt de marchandises se faisaient par la Seine d’où son importance, notamment en temps de guerre :

 

« C’était le fleuve nourricier par excellence, et jusque sur les marchés publics il déposait le blé, le vin, le bois et les fruits. Quand son cours était interrompu, il n’apportait plus que la famine, la contagion et la mort. »

[…]

« La Seine a connu toutes nos discordes civiles et, si je puis dire, elle y a pris part. Les Normands l’ont envahie sur leurs barques d’osier recouvertes de peau[3] ; elle a reçu le corps de Louis de Bois-Bourdon, l’amant d’Isabeau de Bavière : « Laissez passer la justice du roi ! » elle s’est refermée sur les cadavres des Armagnacs, lors du grand massacre de 1418 que commandait Capeluche ; à la Saint-Barthélémi, pendant que Charles IX (…) »

 

Maxime Du Camp, La Seine à Paris, « Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle », Hachette, 1879, p. 283-346.

Le Ventre de Paris, Émile Zola, 1873

Résultat de recherche d'images pour "le ventre de paris"

Tous droits réservés.®

Dans Le Ventre de Paris d’Émile Zola, Florent le personnage principal, arrêté par erreur à la suite d’un coup d’État, déporté au bagne en Guyane dont il s’échappe. Une longue route l’attend pour arriver jusqu’à Paris où se déroule l’histoire, près des Halles centrales de Paris, non loin de la Seine :  

« Paris, pareil à un plan de ciel étoilé tombé sur un coin de la terre noire, lui apparut sévère et comme fâché de son retour. Alors, il eut une faiblesse, il descendit la côte, les jambes cassées. En traversant le pont de Neuilly, il s’appuyait au parapet, il se penchait sur la Seine roulant des flots d’encre, entre les masses épaissies des rives ; un fanal rouge, sur l’eau, le suivait d’un œil saignant. Maintenant, il lui fallait monter, atteindre Paris, tout en haut. L’avenue lui paraissait démesurée. »

[…]

« – C’est une rue nouvelle, la rue du Pont-Neuf, qui part de la Seine et qui arrive jusqu’ici, à la rue Montmartre et à la rue Montorgueil… S’il avait fait jour, vous seriez tout de suite reconnu. »

 

Émile Zola, Le Ventre de Paris. “Les Rougon-Macquart”. Éd: Charpentier et Cie, 1873.

Les inconnues de la seine, Frédérique molay, 2018

Résultat de recherche d'images pour "frédérique molay les inconnues de la seine"Tous droits réservés.®

Dans Les inconnues de La Seine (2018) de Frédérique Molay, le commissaire Nico Sirsky, chef de la brigade criminelle de Paris et ses hommes doivent faire face à un tueur en série. Ils découvrent le corps d’une jeune femme, jetée dans le fleuve, la Seine : 

“Nico emprunta la rive gauche jusqu’à l’entrée du port industriel, puis descendit vers le fleuve et les cimenteries.”

[…]

“Un plus loin sur la berge, un agent montait la garde auprès d’une bâche de protection qui recouvrait la victime.”

[…] 

” – Puisque la Seine entre dans Paris depuis les 12e et 13e arrondissements, pour en sortir par les 15e et 16e, cela signifie que le corps a pu être balancé en proche banlieue, plus à l’est, avant de venir s’empêtrer dans cette péniche, précisa le lieutenant d’Almeida.”

Frédérique Molay , Les inconnues de la Seine : une enquête de Nico Sirsky. Thomas & Mercer, 2018, p. 353. 

Un fauteuil sur la Seine, Amin maalouf, 2016

Résultat de recherche d'images pour "amin maalouf un fauteuil sur la seine"Tous droits réservés.®

Sur les bords de la Seine, Amin Maalouf, l’auteur du roman Un fauteuil sur la Seine, nous raconte et nous fait redécouvrir l’histoire de la France et notamment la vie de 18 personnages qui se sont succédé au 29e fauteuil de l’Académie française depuis 1634. Il nous raconte l’histoire de divers rois, cardinaux, mais aussi d’auteurs comme Hugo en nous faisant parcourir la Seine :

[…]

“Huit jours après avoir prononcé cette harangue, l’académicien se noyait dans la Seine. Il avait quarante ans.”

[…]

“L’accident qui lui coûta la vie eut lieu près de Paris, à Charenton, le samedi 29 mai 1635. Bardin s’est comporté ce jour-là de manière impulsive, et passablement irréfléchie. Mais avec générosité, et même, pourrait-on dire, avec héroïsme. C’est ainsi, en tout cas, qu’il fut jugé à son époque, comme en témoigne un ouvrage de ce temps-là, d’auteur anonyme, intitulé De la prudence ou des bonnes règles de la vie : “Si l’on veut parler des hommes qui ont employés leurs vies pour ceux qu’ils aiment en d’autres occasions que les combats, je n’en vois point de plus bel exemple que celui du sieur Bardin, un des savants hommes de notre siècle. Étant précepteur du marquis d’Humières en sa jeunesse, il avait tant de soin de la conservation de sa personne qu’il ne l’abandonnait en aucun lieu. Comme il pris envie un jour au marquis de s’aller baigner dans la rivière de Seine près de Charenton, Bardin fut de la partie, mais le marquis s’aventura tellement qu’il se trouva en un endroit fort dangereux.”

Amin Maalouf, Un fauteuil sur la Seine : quatre siècles d’histoire de France, Grasset, 2016, p.336. 

La Seine, Louis Aragon, 1915

Dans le poème La Seine publié en 1915, l’auteur Louis Aragon décrit le paysage qui borde la Seine, un paysage industriel… 

LA SEINE

La Seine…Les pontons s’en vont vers la colline
Qui borne l’horizon d’un profit bleuissant.
Le fleuve tourne au pied du coteau frémissant
De l’Avril qui renait au sein de l’aubépine

Dans le rouge reflet du soleil qui descend,
Monte, noire, fumeuse et vivante, l’usine.
La fumée et le ciel se teintent de sanguine ;
Une maison se dresse et sourit au passant.
Comme de ce vallon monte la vie, et comme
L’oeuvre de la nature et le travail de l’homme
S’unissent, dans un ton de rouille vespéral !

On devine, parmi la paix et le silence,
La chanson des oiseaux qui sortira du val
Pour apporter l’amour à l’humaine souffrance.

Louis Aragon, La Seine, 1915. 

Claude Monet, La Seine au Petit Gennevilliers. Tous droits réservés. ®