Archives de catégorie : Evénements

SE NOYER dans la Seine: Suicide ou malchance

La Seine est un fleuve où de nombreuses tragédies se sont produites. . Ici, nous nous intéresserons au suicide de personne connue telle que des artistes, des écrivains ou même des hommes de loi qui se sont donné la mort en se jetant des bords de la Seine.

La liste commence au XIXème siècle, nous mentionnerons Antoine-Jean Gros, mort en 1835. Il était peintre néoclassique français et préromantique; comme écrivain nous pouvons citer Louis-Simon Auger, qui s’est suicidé en 1829. Il était journaliste, critique littéraire et dramaturge français. Plus récemment, Boris Fraenkel, homme politique s’est donné la mort en 2006.

Un exemple représentatif cependant, des noyés en littérature, est celui de la fille de Victor Hugo, Léopoldine. Elle s’est noyé dans la Seine avec son mari Charles Vacquerie en 1843. Le drame s’est passé lorsque leur canot chavira. Selon des témoignages de paysans, Charles plongea six fois pour récupérer Léopoldine, qui, sous l’eau, se cramponnait désespérément au canot renversé. Charles était un excellent nageur, mais Léopoldine s’accrochait comme le font les noyés, avec l’énergie du désespoir. Les efforts désespérés de Charles restèrent sans succès. Alors, voyant qu’il ne la ramènerait pas avec lui dans la vie, il plongea une dernière fois et se noya avec elle.

La liste n’est évidemment pas exhaustive et nous ne comptons pas en faire une. Beaucoup d’artistes, de gens de lettres ou de hauts fonctionnaires se sont suicidés dans la Seine. Mais les noyades ne sont pas toujours volontaires et d’autres phénomènes macabres font de la Seine un cimetière. 

 

  • Henri GourdinLéopoldine, l’enfant-muse de Victor Hugo, Presses de la Renaissance, 2007.
  • Pierre GeorgelLéopoldine Hugo, une jeune fille romantique, MVH, Paris, 1967.
  • Louis-Gabriel MichaudBiographie universelle ancienne et moderne : ou histoire par ordre alphabétique, de la vie privée et publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, t. 22, Paris, Charles Delagrave , 1870, p. 423-6.
  • Notice biographique de l’Académie française

REPORT : La Seine interlope – Colloque international – 04 et 05 novembre 2020 – Université le Havre Normandie

Université Le Havre Normandie – Laboratoire GRIC (Groupe de Recherche Identités et Cultures)

 

« La Seine interlope »

04 et 05 novembre 2020

PROGRAMME : 

Programme seine interlope novembre web

Le colloque « La Seine interlope » initialement prévu les 25 et 26 mars 2020 est reporté au 04 et 05 novembre 2020.

Le colloque « La Seine interlope » sera la seconde manifestation scientifique du programme de recherche GéoSeine (RIN), qui a pour objectif d’explorer les représentations littéraires de la Seine entre Paris et Le Havre.

Le premier colloque des 19 et 20 juin 2019 (« La Seine, un fleuve entre arts et littérature ») avait permis d’initier une réflexion générale sur les corpus et les problématiques structurantes.

« La Seine interlope » mettra l’accent sur la « face cachée de la Seine », sur « l’arrière-scène », prendra le contre-pied d’un certain nombre d’images élogieuses et topiques, générées ou véhiculées entre autres par l’imaginaire romantique, symboliste et moderniste. Ces images rendent compte de formes de sociabilités associant la Seine aux loisirs, a minima à la promenade, sur l’eau, sur berge ou sur les quais. Nous nous intéresserons à d’autres motifs associés à la Seine, plus anciens pour certains, moins connus voire davantage tenus secrets pour d’autres, en tout cas assez très éloignés de l’imagerie qui prévaut aujourd’hui à destination des touristes, depuis les représentations impressionnistes de canotiers jusqu’aux photographies de bateaux-mouches illuminés, en passant par les paysages en noir et blanc de Robert Doisneau.

Car le fleuve a charrié et charrie encore son lot de misère et de miséreux. Il peut se teindre de rouge quand il charrie des morts. Le colloque explorera aussi les recoins de la Seine, les activités, commerciales ou sexuelles, qui ne se montrent pas, les sociabilités secrètes ou discrètes, et les espaces qui les abritent ; les moments historiques refoulés de l’hagiographie séquanienne.

« La Seine interlope » fera dialoguer les disciplines, notamment la sociologie et l’histoire.

 

Rentrée du réseau paysage de la vallée de la seine 2019

La rentrée du réseau Paysage de la Vallée de la Seine se déroulera le 13 septembre 2019 au Conservatoire à Rayonnement Départemental de la GPS&O à Mantes-la-Jolie.

L’événement annuel permettra de découvrir les conclusions des travaux menés pendant l’année écoulée et annoncera les événements à ne pas manquer l’année prochaine. Il est organisé par l’école nationale supérieure de Paysage de Versailles, avec le soutien de l’agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’Estuaire de la Seine.

La journée introduira la phase finale du contrat de plan interrégional Etat-Régions Vallée de la Seine. 2019-2020 sera une année de capitalisation à laquelle il est important d’associer le maximum d’acteurs des territoires séquaniens. Objectifs :

  • sensibiliser sur l’importance et la richesse des paysages de la vallée de la Seine
  • consolider un réseau d’acteurs investis et motivés pour poursuivre cette démarche d’échanges et d’interconnaissance. 

 

L’événement est ouvert à tous. Vous habitez, gérez ou aménagez les territoires de la vallée de la Seine et vous vous demandez à quoi vont ressembler ses paysages en 2030 ?

Venez échanger avec les professionnels du paysage le 13 septembre prochain à Mantes-la-Jolie et définir les actions à mener d’ici 2030.

 

Informations pratiques
Lieu : Conservatoire à Rayonnement Départemental de la GPS&O
Adresse : 12 boulevard Calmette – 78 200 Mante-la-Jolie
Contact : j.billey[a]ecole-paysage.fr
Réservez vos places dès maintenant. Cliquez ici pour accéder au formulaire d’inscription en ligne

 

 

Lien de l’évènement : 

https://www.vdseine.fr/actualites/rentree-du-reseau-paysage-de-la-vallee-de-la-seine-2019.html

Escales en Seine, le tourisme fluvial et maritime dans la vallée de la seine

Pour la 4ème édition des rencontres de la coopération des agences d’urbanisme de la Vallée de la Seine, le  04 juillet 2019 retrouvez « Escales » en Seine : le tourisme fluvial et maritime dans la Vallée de la Seine

 

Une journée d’études et d’échanges entre les différents acteurs de la Vallée de la Seine. Retrouvez le programme ici : https://www.eventbrite.fr/e/billets-escales-en-seine-4e-edition-des-rencontres-de-la-cooperation-des-agences-durbanisme-de-la-vallee-de-59571259240

jeu. 4 juillet 2019
09:30 – 16:30 
Préfecture de Paris et d’Île-de-France
5 rue Leblanc75015 PARIS

WaterShare, WS des 12 et 13 décembre 2018

Workshop Watershare

« Water Share »  explore les mobilités plurielles, sous la direction de Stéphane TROIS-CARRES (ESaDHAR).

Le premier WS s’est déroulé les 12 et 13 décembre 2018 dans des trains reliant Paris au Havre.

Argument : « Water Share » questionne la mobilité sur et le long de la Seine / le geste de création en condition de mobilité / l’expérience de l’espace du train, dans un croisement entre les pratiques de création.

Contexte : Dans le cadre de réflexions sur les projets futurs du territoire, l’équipe de l’ESADHaR a proposé ces dernières années un certain nombre de projets artistiques permettant de produire des récits et d’en faire l’expérience ou d’en réaliser les images. Cet enseignement s’est réalisé sous la forme de plusieurs ateliers, tous concernés par le rôle du Havre dans l’axe Seine et sur le territoire de la Manche, intégrant sa frontière avec l’Angleterre.

Adossé à GéoSeine, le programme « Water Share» se poursuit autour de l’axe Seine entre Paris et Le Havre. Il est question plus particulièrement d’expérimenter l’espace mobile, à travers des dispositifs de création exploitant plusieurs formes de mobilités associées à la Seine. L’artiste jessica Label nous accompagnera durant ce périple pendulaire sur l’axe de la Seine avec Carte et GPS, accompagnant vos travaux et vos propositions.

Au cours des allers et retour entre le Havre et Paris, les étudiants doivent imaginer des oeuvres mobiles avec le déplacement et le paysage et ses propriétés spécifiques, croisement, circulations , passagers et cheminement. certains travaux pourront ensuite documenter une base de données Google Earth.