Archives par mot-clé : Abbon de Saint-Germain-des-Prés

Le Siège de Paris par les Normands, Abbon de Saint-Germain-Des-Prés, IXe

Abbon de Saint- Germain-des-Prés était un moine quand il a vue l’arrivée des Normands, et le siège qu’ils livrèrent dans l’espoir de faire tomber la cathédrale. Le Siège de Paris par les Normands est donc l’œuvre d’un témoin direct, et de fait la plus précise que l’on ait eue sur les incursions vikings du neuvième siècle. Il y relate de nombreux événements, dont la crue de la Seine de 886, et les considérations qu’avaient certains seigneurs pour ce fleuve, aussi nécessaire à la vie du territoire qu’elle est une voie d’invasion aisée.

« Ô douleur! voilà tout-à-coup que pendant le silence de la nuit le milieu du ponts s’écroule, entraîné par la colère des ondes furieuses, qui s’enflent et débordent. La Seine, en effet, avait étendu de tous côtés les limites de son humide empire, et couvrait les vastes plaines des débris du pont, qui, du côté du midi, ne portait que sur un point où le fleuve s’abîme dans un gouffre ; il n’en fut pas de même de la citadelle qui, bâtie sur une terre appartenant au bienheureux saint Germain, resta debout sur ses fondements. L’un et l’autre tenaient au reste au côté droit de la cité de Paris. Aussitôt que le jour se lève, les cruels Danois se lèvent aussi, montent sur leurs vaisseaux, les remplissent d’armes et de boucliers, passent la Seine, cernent la malheureuse tour, et l’assaillent à plusieurs reprises de grêles de traits. La ville tremble, les clairons sonnent, les larmes inondent les murs, la terre gémit, et l’onde lui répond par des mugissements; les pierres et les dards se croisent dans l’air qu’ils obscurcissent. »

Abbon de Saint-Germain-des-Prés, Le siège de Paris par les Normands 885-892, Paleo 2010, Livre I, p. 50

« Cependant Sigefroi, ce roi dont on a déjà parlé, accepte soixante livres de l’argent le plus pur, consent à ce prix à se retirer loin de nous, veut que tous les Normands l’accompagnent, et brûle du désir de comparer la douceur des eaux de la tranquille Seine à l’amertume des flots de la mer, et de montrer aux siens comment la bouche de l’Océan engloutit la queue blanchissante du fleuve, et comment celui-ci frappe de ses nageoires la tête du dieu des mers. »

Op. cit. Livre II, p. 63