Archives par mot-clé : Argenteuil

Guy de Maupassant, Mouche, 1890

Mouche est une nouvelle issue de L’Inutile Beauté qui a été écrite par Guy de Maupassant et publiée en 1890. Dans le texte ci-dessous, le personnage qui prend la parole exprime son affection pour la Seine. Il remarque dans un premier temps que le fleuve est putride, ce qui ne l’empêche tout de même pas d’y être attaché. Il évoque ensuite plusieurs souvenirs  qui lui sont positifs comme les promenades autour du fleuve, la vision du paysage à différents horaires ou encore les soirées et les aventures qu’il a pu expérimenter avec ses amis.

<< Il nous dit :

En ai-je vu, de drôles de choses et de drôles de filles aux jours passés où je canotais. Que de fois j’ai eu envie d’écrire un petit livre, titré “Sur la Seine”, pour raconter cette vie de force et d’insouciance, de gaieté et de pauvreté, de fête robuste et tapageuse que j’ai menée de vingt à trente ans.

J’étais un employé sans le sou ; maintenant, je suis un homme arrivé qui peut jeter des grosses sommes pour un caprice d’une seconde. J’avais au cœur mille désirs modestes et irréalisables qui me doraient l’existence de toutes les attentes imaginaires. Aujourd’hui, je ne sais pas vraiment quelle fantaisie me pourrait faire lever du fauteuil où je somnole. Comme c’était simple, et bon, et difficile de vivre ainsi, entre le bureau à Paris et la rivière à Argenteuil. Ma grande, ma seule, mon absorbante passion, pendant dix ans, ce fut la Seine. Ah l la belle, calme, variée et puante rivière pleine de mirage et d’immondices. Je l’ai tant aimée ; je crois, parce qu’elle m’a donné, me semble-t-il, le sens de la vie. Ah l les promenades le long des berges fleuries, mes amies les grenouilles qui rêvaient, le ventre au frais, sur une feuille de nénuphar, et les lis d’eau coquets et frêles, au milieu des grandes herbes fines qui m’ouvraient soudain, derrière un saule, un feuillet d’album japonais quand le martin-pêcheur fuyait devant moi comme une flamme bleue ! Ai-je aimé tout cela, d’un amour instinctif des yeux qui se répandait dans tout mon corps en une joie naturelle et profonde.

Comme d’autres ont des souvenirs de nuits tendres, j’ai des souvenirs de levers de soleil dans les brumes matinales, flottantes, errantes vapeurs, blanches comme des mortes avant l’aurore, puis, au premier rayon glissant sur les prairies, illuminées de rose à ravir le cœur ; et j’ai des souvenirs de lune argentant l’eau frémissante et courante, d’une lueur qui faisait fleurir tous les rêves.

Et tout cela, symbole de l’éternelle illusion, naissait pour moi sur de l’eau croupie qui charriait vers la mer toutes les ordures de Paris.

Puis quelle vie gaie avec les camarades. Nous étions cinq, une bande, aujourd’hui des hommes graves ; et comme nous étions tous pauvres, nous avions fondé, dans une affreuse gargote d’Argenteuil, une colonie inexprimable qui ne possédait qu’une chambre-dortoir où j’ai passé les plus folles soirées, certes, de mon existence. Nous n’avions souci de rien que de nous amuser et de ramer, car l’aviron pour nous, sauf pour un, était un culte. Je me rappelle de si singulières aventures, de si invraisemblables farces, inventées par ces cinq chenapans, que personne aujourd’hui ne les pourrait croire. On ne vit plus ainsi, même sur la Seine, car la fantaisie enragée qui nous tenait en haleine est morte dans les âmes actuelles. >>

Guy de Maupassant, Mouche, L’Inutile Beauté, Louis Conard, libraire-éditeur, 1908, p.99-101

 

AUTEUR  :  Guy de Maupassant
ŒUVRE  : L’Inutile Beauté
GENRE  : Nouvelle
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Argenteuil

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-canoter

-se promener

-restaurants et guinguettes

-loisirs

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

 

 

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984) (2)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, les manifestants se sont regroupés au pont de Neuilly.

Il était près de huit heures. Sur les quais situés en contrebas du pont de Neuilly, deux immenses colonnes formées par les habitants des bidonvilles de Nanterre, Argenteuil, Bezons, Courbevoie, se mirent en mouvement. Des responsables du FLN les encadraient et canalisaient les groupes qui ne cessaient de se joindre à eux. Ils étaient au moins six mille ; les quatre voies du pont ne semblaient pas assez larges pour assurer l’écoulement du cortège. Ils dépassèrent la pointe de l’île de Puteaux, sous leurs pieds, et pénétrèrent dans Neuilly.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 33

Blaise CENDRARS, « Paris, Port-de-Mer », Bourlinguer, 1948

Dans son récit « Paris-Port-de-mer », extrait du recueil Bourlinguer (1948), Blaise Cendrars imagine un Paris qui formerait un grand port, ouvert sur la mer via la Seine. Mais le paysage désolé des berges entre Argenteuil et Gennevilliers, en passant par Ivry, et sa population de clochards, laisse à penser que cette réalisation reste bien lointaine.

Certes, il y a des amorces, des ébauches de travaux exécutés sur le terrain […] des palissades et des barbelés éparpillés dans la nature et envahis par les mauvaises herbes, dans un immense secteur qui s’étend tentaculaire d’Argenteuil et Gennevilliers, à Ivry et jusqu’aux approches de Villeneuve-Saint-Georges, mais cet immense chantier de travail sans lendemain et d’entreprise sans échéance est la plupart du temps à l’abandon, les dragues, les maries-salopes, les chalands envasés dans les eaux noires de rouille où mijote et se détériore une machinerie en panne, les poteaux de mine, les barrières, le toit des baraques inoccupées renversées ou croulant sous le monceau de détritus de la grande ville que les bennes automobiles y déversent chaque fois que les excavatrices sont à l’œuvre ; et chaque fois que j’ai visité au mois d’août ces lieux sinistres, dont le paysage à jamais désespéré eût enchanté J.-K. Huysmans – sa promenade préférée était d’errer sur les grèves de la Bièvre ou sur les buttes pelées des fortifs – j’ai trouvé s’ébattant sur ces plages de galets rapportés ou faisant trempette dans l’eau pestilentielle suintant on ne sait d’où, tout un monde de clochards venus de Paris, ceux des Halles, et ceux de Maubert, ceux de Bercy et ceux de Javel qui logent habituellement sous les ponts, se pouiller, boire, se chamailler, faire le gros dos et le ventre au soleil d’été, soigner leurs plaies, leurs chancres, vider une querelle ou en train de faire l’amour avec des chineuses en vacances et des radeuses sur le trimard. »

Blaise CENDRARS, « Paris, Port-de-Mer », Bourlinguer, Paris, Denoël, 1948. Citation extraite du volume Folio, p. 380.