Archives par mot-clé : Asnières

“Les chiens d’Asnières”, Raymond QUENEAU, 1943

Dans son recueil Les Ziaux, Raymond QUENEAU consacre un poème au cimetière des animaux d’Asnières. Et c’est vers Le Havre, où finit le fleuve, qui représente aussi le lieu de l’origine (la poète y est né), que chemine la rêverie mélancolique sur la Seine.

On enterre les chiens on enterre les chats

on enterre les chevaux on enterre les hommes

on enterre l’espoir on enterre la vie

on enterre l’amour — les amours

on enterre les amours — l’amour

on enterre en silence le silence

on enterre en paix — la paix

la paix — la paix la plus profonde

sous une couche de petits graviers multicolores

de coquilles Saint-Jacques et de fleurs multicolores

il y a une tombe pour tout

à condition d’attendre

il fait nuit il fait jour

à condition d’attendre

la Seine descend vers la mer

l’île immobile ne descend pas

la Seine remontera vers sa source

à condition d’attendre

et l’île naviguera vers le Havre de Grâce

à condition d’attendre

on enterre les chiens on enterre les chats

deux espèces qui ne s’aiment pas

Raymond QUENEAU, Les Ziaux, Paris, Gallimard, 1948. Citation extraite de L’instant fatal, précédé de Les Ziaux, Paris, Gallimard, « Poésie / Gallimard », 1992, p. 53.