Archives par mot-clé : Au-dessus

Patrick Modiano, Dora Bruder, 1997

Récit biographique et autobiographique, Patrick Modiano dans Dora Bruder écrit en 1997,  tente de restituer l’histoire d’une jeune fille juive à Paris, disparue en 1941. La Seine est principalement un cadre spatial dans l’œuvre mais dans l’extrait ci-dessous, elle se fait l’écho géographique de celle de Hugo dans Les Misérables (1862) :

 

J’ai relu les livres cinquième et sixième des Misérables. Victor Hugo y décrit la traversée nocturne de Paris que font Cosette et Jean Valjean, traqués par Javert, depuis le quartier de la barrière Saint-Jacques jusqu’au Petit Picpus. On peut suivre sur un plan une partie de leur itinéraire. Ils approchent de la Seine. Cosette commence à se fatiguer. Jean Valjean la porte dans ses bras. Ils longent le Jardin des Plantes par les rues basses, ils arrivent sur le quai. Ils traversent le pont d’Austerlitz. À peine Jean Valjean a-t-il mis le pied sur la rive droite qu’il croit que des ombres s’engagent sur le pont. La seule manière de leur échapper – pense-t-il – c’est de suivre la petite rue du Chemin-Vert-Saint-Antoine.
Et soudain, on éprouve une sensation de vertige, comme si Cosette et Jean Valjean, pour échapper à Javert et à ses policiers, basculaient dans le vide : jusque-là, ils traversaient les vraies rues du Paris réel, et brusquement ils sont projetés dans le quartier d’un Paris imaginaire que Victor Hugo nomme le Petit Picpus. Cette sensation d’étrangeté est la même que celle qui vous prend lorsque vous marchez en rêve dans un quartier inconnu. Au réveil, vous réalisez peu à peu que les rues de ce quartier étaient décalquées sur celles qui vous sont familières le jour. 

Patrick Modiano, Dora Bruder, Folio, 1999, p. 51

 

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage en Normandie, [1775] (2)

À la fin de l’hiver 1775, Bernardin de Saint-Pierre entreprend un voyage en Normandie, qui va le conduire de Paris à l’abbaye de La Trappes, en longeant les boucles de la Seine. Il observe les paysages, le spectacle de la nature, les habitants et parsème son journal de notations.

Le 1 avril, il contemple la Seine depuis les hauteurs de Caudebec, s’émerveille de la saveur des aliments en pays de Caux.

« J’ai descendu aux Trois Marchands. A Caudebec la vue est grande et noble du haut de la montagne. La rivière au-dessous de la ville forme un coude. Au loin, des montagnes boisées.

Mangé un pigeon, 1er du mois dédié à Vénus.

Dans le pays de Caux, pain a plus de saveur. Poules, hommes, bestiaux mieux nourris, plus forts. »

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage de Normandie, 1775, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 49.