Archives par mot-clé : Charles Nodier

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836] (2)

Dans son récit de voyage pittoresque La Seine et ses bords (1836), l’écrivain Charles Nodier suit le cours du fleuve, dont il s’attache à retracer l’histoire et la morphologie, tout en célébrant sa beauté, dans le style en vogue à l’époque romantique.

Il y décrit son arrivée, par bateau à vapeur, dans la ville d’Elbeuf, dont il va brosser l’histoire.

Au-dessous de Pont-de-l’Arche, LA SEINE, après avoir passé au petit port de Criquebeuf, se multiplie pour enceindre plusieurs îles verdoyantes ; puis elle entre, à hauteur de Freneuse, dans le département de la Seine-Inférieure, qu’elle ne doit plus quitter, et se hâte d’aller vivifier la riche et commerçante ville d’Elbeuf. Malgré le coup fatal que la révocation de l’édit de Nantes a porté à son industrie, cette ville a toujours soutenu la réputation qu’elle s’est acquise par ses manufactures de draps, rivales de celle de Louviers. Elle fut longtemps un duché-pairie, appartenant à la maison de Lorraine ; maintenant elle est devenue simple chef-lieu de canton.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836], Les Éditions de Paris, coll. « Paris insolite », Paris, 1992, p. 142

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836]

 

Dans son récit de voyage pittoresque La Seine et ses bords (1836), Charles Nodier suit le cours du fleuve, dont il s’attache à retracer l’histoire et la morphologie, tout en célébrant sa beauté, dans le style en vogue à l’époque romantique.

À ce stade du voyage, la Seine va bientôt rejoindre la mer. Il est question notamment de Tancarville.

La Seine fléchit pour la première fois sous le poids des vaisseaux. Elle s’enfle d’orgueil, elle accélère sa course, elle est impatiente de sentir les eaux de la mer se confondre avec les siennes. Rien ne peut la retenir, ni les jardins délicieux de la Meilleraie, ni les ruines pittoresques de Tancarville, ni les doux paysages aux frondes verdoyantes qui se pressent sur ses bords. Elle a entendu la grande voix du flux qui l’appelle et qui la repousse. Elle s’élance, elle bondit, elle lutte, elle triomphe, elle se perd dans le reflux qui l’emporte.

Tel est l’aspect sous lequel la Seine se présente à la poésie, spectacle toujours nouveau, toujours divers, qui se modifie pour s’embellir à tous les détours du fleuve, et qui réunit toutes les grâces à toutes les magnificences, comme ce tableau qu’Apelles suspendit aux rivages de Neptune.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836], Les Éditions de Paris, coll. « Paris insolite », Paris, 1992, p. 8