Archives par mot-clé : commercer

La Chute du Pont de bois, Poème en II Chants, 1710

Un auteur anonyme, signant Le Br. écrit un poème de deux chants, mêlant l’épique au burlesque, racontant comment un bateau marchand transportant du vin sur la Seine se fracasse sur un pont en arrivant à Paris. Les hommes à bord, hargneux, somment le dieu Bacchus de venir leur rendre justice : ce dernier convoquant la fureur des vents et de la Seine détruit le pont.

Où la Seine étonnée, arrosant de son onde

Une Ville superbe en merveilles féconde,

Étends deux vastes bras, et par un long détour

Dans ces lieux enchantés prolonge son séjour ;

S’élève un pont formé d’une antique structure :

Dans son industrieuse, et rare architecture,

Qui semble commander à l’humide élément (…)

 

Mille forts Pilotis dans le sable enfoncés

Bravent l’onde écumante, et les vents courroucés. (…)

Ses larges flancs ouverts, comme autant de canaux,

Donnent libre passage aux plus vastes bateaux.

L’un porte dans son sein la liqueur sans pareille,

Par qui l’ennui s’endort, et le plaisir s’éveille,

Et l’autre renfermant de précieux trésors,

Des présents de Cérès vient enrichir nos ports.

 

La Seine dans un lieu si digne de lui plaire

Promène lentement une onde pure, et claire ;

Sur ce rivage orné de verdure, et de fleurs,

Ses eaux n’exhalent point de nuisibles vapeurs. (…)

 

Le bateau heurte une arche, et le brise en éclats.

Les tonneaux dispersés suivant l’eau qui les guide

Flottent au gré des vents sur la plaine liquide (…)

L’un maudissant la Seine, et son cruel rivage,

Fait éclater son zèle et se jette à la nage,

Et l’autre sur les bords content de soupirer,

Regrette tant de biens qu’on ne peut recouvrer.

 

Va, cours, sans différer, sur les bords de la Seine,

Signaler les transports de ta rage inhumaine,

Et secondant l’ardeur de mes ressentiments,

De ce pont que tu vois frappe les fondements (…)

De la Seine bientôt l’onde écume, bouillonne,

Tout frémit d’épouvante, et d’effroi tout frissonne : (…)

Quel désastre fatal ! les Naïades timides

En sentirent trembler leurs cavernes humides.

 

Quand on vit sur les eaux flotter de toutes parts

Les débris de ce pont confusément épars.

De Pilotis brisés la rive était couverte (…)

 

Apprends, nouveau Léandre, apprends vite à nager.

Abrège ton chemin par ce moyen facile,

De la Seine pour toi l’eau deviendra docile. (…)

Le Br., La Chute du Pont de bois, poème en II chants, Paris : G. Lamesle, 1710 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54551482/f2.image.r=pont%20la%20Seine

 

AUTEUR : Anonyme (Le Br.)

EPOQUE : XVIII

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATES : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– commercer

– transporter

– métiers

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– accident

– noyade

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957 (2)

Dans son roman D’un château l’autre, l’écrivain-narrateur évoque le spectacle de la Seine depuis la maison du haut- Meudon où il vit et écrit. Le spectacle est aussi très beau depuis le domicile de sa vieille voisine Mme Niçois. Céline rappelle combien il a toujours été « sensible aux mouvements des fleuves ».

« Oh, le trafic du fleuve demeure… tout le mouvement !… remorqueurs et leurs ribambelles, haut-bords, ras de l’eau, charbons, sables, décombres… queue leu leu leu… aval… amont… de chez Mme Niçois vous pouvez tout voir… elle est pas intéressée… cela dépend évidemment de la sensibilité que vous êtes ?… les mouvements des fleuves touchent… touchent pas !… les façons des convois des arches… cache-cache… là, de chez Mme Niçois, de sa fenêtre, vous les voyez s’engager… presque de l’île des Cygnes !… et de l’autre côté… passé Saint-Cloud… pensez ce bief ! du pont Mirabeau à Suresnes !… la vue des dîneurs !… »

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957. Citation extraite de Romans, III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990, p. 59

Blaise CENDRARS, « Paris, Port-de-Mer », Bourlinguer, 1948

Dans son récit « Paris-Port-de-mer », extrait du recueil Bourlinguer (1948), Blaise Cendrars imagine un Paris qui formerait un grand port, ouvert sur la mer via la Seine. Mais le paysage désolé des berges entre Argenteuil et Gennevilliers, en passant par Ivry, et sa population de clochards, laisse à penser que cette réalisation reste bien lointaine.

Certes, il y a des amorces, des ébauches de travaux exécutés sur le terrain […] des palissades et des barbelés éparpillés dans la nature et envahis par les mauvaises herbes, dans un immense secteur qui s’étend tentaculaire d’Argenteuil et Gennevilliers, à Ivry et jusqu’aux approches de Villeneuve-Saint-Georges, mais cet immense chantier de travail sans lendemain et d’entreprise sans échéance est la plupart du temps à l’abandon, les dragues, les maries-salopes, les chalands envasés dans les eaux noires de rouille où mijote et se détériore une machinerie en panne, les poteaux de mine, les barrières, le toit des baraques inoccupées renversées ou croulant sous le monceau de détritus de la grande ville que les bennes automobiles y déversent chaque fois que les excavatrices sont à l’œuvre ; et chaque fois que j’ai visité au mois d’août ces lieux sinistres, dont le paysage à jamais désespéré eût enchanté J.-K. Huysmans – sa promenade préférée était d’errer sur les grèves de la Bièvre ou sur les buttes pelées des fortifs – j’ai trouvé s’ébattant sur ces plages de galets rapportés ou faisant trempette dans l’eau pestilentielle suintant on ne sait d’où, tout un monde de clochards venus de Paris, ceux des Halles, et ceux de Maubert, ceux de Bercy et ceux de Javel qui logent habituellement sous les ponts, se pouiller, boire, se chamailler, faire le gros dos et le ventre au soleil d’été, soigner leurs plaies, leurs chancres, vider une querelle ou en train de faire l’amour avec des chineuses en vacances et des radeuses sur le trimard. »

Blaise CENDRARS, « Paris, Port-de-Mer », Bourlinguer, Paris, Denoël, 1948. Citation extraite du volume Folio, p. 380.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836] (2)

Dans son récit de voyage pittoresque La Seine et ses bords (1836), l’écrivain Charles Nodier suit le cours du fleuve, dont il s’attache à retracer l’histoire et la morphologie, tout en célébrant sa beauté, dans le style en vogue à l’époque romantique.

Il y décrit son arrivée, par bateau à vapeur, dans la ville d’Elbeuf, dont il va brosser l’histoire.

Au-dessous de Pont-de-l’Arche, LA SEINE, après avoir passé au petit port de Criquebeuf, se multiplie pour enceindre plusieurs îles verdoyantes ; puis elle entre, à hauteur de Freneuse, dans le département de la Seine-Inférieure, qu’elle ne doit plus quitter, et se hâte d’aller vivifier la riche et commerçante ville d’Elbeuf. Malgré le coup fatal que la révocation de l’édit de Nantes a porté à son industrie, cette ville a toujours soutenu la réputation qu’elle s’est acquise par ses manufactures de draps, rivales de celle de Louviers. Elle fut longtemps un duché-pairie, appartenant à la maison de Lorraine ; maintenant elle est devenue simple chef-lieu de canton.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836], Les Éditions de Paris, coll. « Paris insolite », Paris, 1992, p. 142

Guy de Maupassant, « Voyage de Paris à Rouen » [1883] (2)

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

Dans une chronique qu’il fait paraître dans le journal Gil Blas en 1883, « De Paris à Rouen » (« Notes de deux navigateurs trouvées dans une bouteille, au fil de l’eau »), Maupassant imagine les péripéties de deux personnages qui parcourent la Seine yole.

Les deux compères arrivent dans la ville d’Elbeuf, qui frappe par son industrie. Ils y sont royalement reçus.

Nous déjeunons à Elbeuf, patrie du drap. Partout des cheminées qui fument dans le ciel, des égouts qui crachent au fleuve des eaux vertes, rouges, jaunes ou bleues. Les vastes bâtiments tremblent, secoués par des roues qui tournent ; la terre frémit, agitée par la fièvre des chaudières, par les hoquets de la vapeur, par le battement des machines. Tout ronfle, palpite, sue et halète.

L’industrie règne ici.

Nous sommes reçus par le président du cercle des Commerçants, un ami charmant et spirituel, et un des plus raffinés amateurs et connaisseurs de vins qui soient sur terre.

Jacques Dérive déclare en le quittant : si on ne l’aimait pas pour lui, on l’aimerait pour sa cave.

Guy de Maupassant, « Voyage de Paris à Rouen » [1883], Chroniques. Anthologie, Paris, Le Livre de Poche, 2008 (« La Pochothèque »)