Archives par mot-clé : Eau

Auguste de châtillon, promenade à l’île saint-ouen-saint-denis (partant des batignolles), 1857

L’ouvrage << Promenade à l’île de Saint-Ouen-Saint-Denis partant des Batignolles >>, Auguste de Châtillon regroupe plusieurs textes à travers lesquels le lecteur peut se promener sur l’île Saint-Ouen-Saint-Denis.

III

<< À la Maison Blanche on s’arrête.
En descendant de la banquette
À gauche on traverse Saint-Ouen ;
On suit un parc qui s’étend loin
Et jusque vers l’eau se projette.

Lors, c’est un beau spectacle a voir ;
Cette île, ainsi qu’en un miroir,
Dans la Seine au loin se reflète,
Et, comme fait une coquette,
Se mire du matin au soir.

Tout scintille sous la lumière,
Tout retentit sur la rivière,
Tout est musique avec l’écho ;
Le bruit de la rame sur l’eau,
Le battoir de la lavandière.

Malgré l’éclat du pont nouveau,
Je préfère l’ancien bateau
Là, chaque coup de rame berce,
Pendant le temps que l’on traverse
On laisse aller sa main dans l’eau.

Cette île semble un coin de terre
Pour l’amour et pour le mystère…
On doit visiter avec soin
Cette île Saint-Denis-Saint-Ouen !
C’est comme une île de Cythère

Où vont s’éparpiller, nombreux,
De belles grappes d’amoureux
En plein soleil de la jeunesse !
Le temps mûrit, le temps nous presse…
— Aimons pour trois plus que pour deux. >>

Auguste de Châtillon, Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis, imp. de Pilloy, 1875, p.5-6

 

AUTEUR  : AUGUSTE DE CHÂTILLON

ŒUVRE  : Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis (partant des Batignolles)

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : SAINT-OUEN-SAINT-DENIS

STRATE  :

AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 3  : LOISIRS EN SEINE

-Amours

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885]

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

Dans le roman Bel-Ami, Georges Duroy va présenter sa jeune épouse à ses parents à Canteleu. Sur la route, les époux sont saisis par le spectacle panoramique de la ville de Rouen.

« On dominait l’immense vallée, longue et large que le fleuve parcourait d’un bout à l’autre, avec de grandes ondulations. On le voyait venir de là-bas, taché par des îles nombreuses et décrivant une boucle avant de traverser Rouen. Puis la ville apparaissait sur la rive droite, un peu noyée dans la brume matinale, avec des éclats de soleil sur les toits, et ses mille clochers légers, pointus ou trapus, frêles et travaillés comme des bijoux géants, ses tours carrées rondes coiffées de couronnes héraldiques, ses beffrois, ses clochetons, tout le peuple gothique des sommets d’églises que dominait la flèche aigue de la cathédrale […] en face, de l’autre côté du fleuve, s’élevaient, rondes et renflées à leur faîte, les minces cheminées d’usine du vaste faubourg Saint-Sever.

Plus nombreuses que leurs frères les clochers, elles dressaient jusque dans la campagne lointaine leurs longues colonnes de briques et soufflaient dans le ciel bleu leur haleine noire de charbon. […]

Et la Seine, ayant passé entre les deux cités, continuait sa route, longeait une grande côte onduleuse boisée en haut et montrant par places ses os de pierre blanche, puis elle disparaissait à l’horizon après avoir encore décrit une longue courbe arrondie. On voyait des navires montant et descendant le fleuve traînés par des barques à vapeur grosses comme des mouches, et qui crachaient une fumée épaisse. Des îles, étalées sur l’eau, s’alignaient toujours l’une au bout de l’autre, ou bien laissant entre elles de grands intervalles, comme les grains inégaux d’un chapelet verdoyant. »

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885], Romans, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1987, p. 356.

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, [1772]

Louis-Sébastien MERCIER, dans l’œuvre qu’il consacre à dresser le Tableau de Paris (1772) de son temps, évoque ce qu’il considère comme la vertu « purgative » de l’eau de Seine. Si l’action se situe à Paris, il est question de l’eau du fleuve de façon beaucoup générale, et le lieu n’est pas l’élément essentiel ici. Ce texte rappelle la préoccupation hygiéniste qui se développe au XVIIIe, que l’on retrouvera aussi dans l’article SEINE de L’Encyclopédie.

Quand la rivière est trouble, on boit l’eau trouble. On ne sait trop ce qu’on avale ; mais on boit toujours. L’eau de la Seine relâche l’estomac, pour quiconque n’y est pas accoutumé. Les étrangers ne manquent presque jamais l’incommodité d’une petite diarrhée ; mais ils l’éviteraient, s’ils avaient la précaution de mettre une cuillerée de bon vinaigre blanc dans chaque chopine d’eau.

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, [1772], Paris, Le Mercure de France, 1994, p. 35.