Archives par mot-clé : Faire en Seine

Jean-Pierre Claris de Florian, La Carpe et les Carpillons, Fables de Florian,1793

Fable de Jean Pierre Claris de Florian, publiée en 1793, « La Carpe et les Carpillons » nous conte l’histoire d’une mère Carpe et de ses Carpillons. Si la mère conjure ses enfants de ne pas approcher les rives et de faire attention, les Carpillons voyant la montée des eaux en avril de la Seine, ceux-ci croyant au déluge n’écoute plus leur mère et se dirige vers les rives. Mais cette montée des eaux du fleuve n’est que de courte durée et les carpillons se retrouve piégés. L’auteur montre ainsi qu’il faut rester humble et écouter ses parents et ainés.

 

FABLE II

La Carpe & les Carpillons

 

Prenez garde, mes fils, côtoyez moins le bord,
Suivez le fond de la rivière ;
Craignez la ligne meurtrière,
Ou l’épervier plus dangereux encor.
C’est ainsi que parloit une carpe de Seine
À de jeunes poissons qui l’écoutoient à peine.
C’étoit au mois d’avril : les neiges, les glaçons,
Fondus par les zéphyrs, descendoient des montagnes.
Le fleuve, enflé par eux, s’élève à gros bouillons,
Et déborde dans les campagnes.
Ah ! ah ! crioient les carpillons,
Qu’en dis-tu, carpe radoteuse ?
Crains-tu pour nous les hameçons ?
Nous voilà citoyens de la mer orageuse ;
Regarde : on ne voit plus que les eaux & le ciel,
Les arbres sont cachés sous l’onde,
Nous sommes les maîtres du monde,
C’est le déluge universel.
Ne croyez pas cela, répond la vieille mère ;
Pour que l’eau se retire il ne faut qu’un instant :
Ne vous éloignez point, &, de peur d’accident,
Suivez, suivez toujours le fond de la rivière.

Bah ! disent les poissons, tu répètes toujours
Mêmes discours.
Adieu, nous allons voir notre nouveau domaine.
Parlant ainsi, nos étourdis
Sortent tous du lit de la Seine,
Et s’en vont dans les eaux qui couvrent le pays.
Qu’arriva-t-il ? Les eaux se retirèrent,
Et les carpillons demeurèrent ;
Bientôt ils furent pris,
Et frits.
Pourquoi quittoient-ils la rivière ?
Pourquoi ? je le sais trop, hélas !
C’est qu’on se croit toujours plus sage que sa mère
C’est qu’on veut sortir de sa sphère,
C’est que… c’est que… je ne finirai pas.

 

Jean-Pierre Claris de Florian, La Carpe et les Carpillons, Fables de Florian, Louis Fauche-Borel, 1793, Volume 9 (p. 37-38).

 

AUTEUR : CLARIS DE FLORIAN, Jean-Pierre

ÉPOQUE : XVIII

GENRE : Fable

LIEU : Seine

STRATE : DANS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-pêcher

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, “L’Année terrible”, 1872

Victor Hugo fait dans son poème, « En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens », écrit en 1872, une description du siège de Paris par la Prusse en 1871. Enfermé dans Paris durant le siège, Hugo fait une ode à la défense parisienne. Les Prussiens s’enhardissent de pouvoir prendre Paris aussi facilement qu’une prostituée, mais Hugo remarque, avec une pointe d’ironie, que s’ils espèrent qu’elle leur « ouvrira ses bras », c’est la Seine qui accueille dans son lit les cadavres des soldats ennemis, jouant ainsi d’ironie et du jeu de mots entre le lit d’une prostituée et celui du fleuve.

V

Oui, vous êtes venus et vous voilà couchés ;
Vous voilà caressés, portés, baisés, penchés,
Sur le souple oreiller de l’eau molle et profonde ;
Vous voilà dans les draps froids et mouillés de l’onde ;
C’est bien vous, fils du Nord, nus sur le flot dormant !
Vous fermez vos yeux bleus dans ce doux bercement.
Vous aviez dit : « – Allons chez la prostituée.
Babylone, aux baisers du monde habituée,
Est là-bas ; elle abonde en rires, en chansons ;
C’est là que nous aurons du plaisir ; ô Saxons,
O Germains, vers le Sud tournons notre œil oblique,
Vite ! en France ! Paris, cette ville publique,
Qui pour les étrangers se farde et s’embellit,
Nous ouvrira ses bras… » – Et la Seine son lit.

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, L’Année terrible, Michel Lévy, frères, 1872 (p. 64)


AUTEUR : HUGO, Victor
ÉPOQUE : XIX
GENRE : Poème
LIEU : Paris 
STRATE : Dans / Au bord

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-guerroyer

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE
-meurtre

Amand Silvestre, En pleine fantaisie, « Ouverture de la pêche », 1884

Le poète défend la sensualité naturelle de l’Homme face à la moralisation publique de la société française du 19e siècle. Sur la Seine, le printemps suscite les rêveries du pêcheur qui repense à ses amours finis, et ces souvenirs trop fragiles affecte l’homme qui se retrouve réveillée en plein dans la vie, sur la vulgaire Seine, ce théâtre banal hors du rêve.

La Seine, la vulgaire Seine de banlieue, avec son horizon d’usines aux formidables tuyaux de pipe et sa flottille de bachots hérissés de lignes, avec ses remorqueurs bruyants qui secouent des chaînes comme les damnés et ses lourdes péniches aux sabords plantés de clématites, voilà le théâtre banal qui s’offrait, seul à mes premiers exploits [la pêche].

(…)

[Le lendemain] Le spectacle du jour levant était le plus beau du monde. Comme d’un œuf qui se brise et dont l’or se répand, le soleil s’élançait de l’horizon en ouvrant ses deux grandes ailes de lumière. Par derrière, et à l’occident encore à demi- noyé dans l’ombre, les vitres des maisons s’incendiaient de reflets éclatants, et l’on eût dit une illumination féérique. Les martinets se poursuivaient sur le fleuve, égratignant l’eau comme des flèches noires et y traçant des arabesques d’argent aussitôt effacés par le courant. (…) L’eau avait des odeurs vivantes comme celle d’une femme qui se réveille ; des musiques lointaines, faites de chants d’oiseaux et de dianes sonnées dans les casernes, exécutaient une aubade tout imprégnée d’espoir et de mélancolie.

(…)

Dans cette atmosphère alourdie et flottante, mon rêve évoqua des visions qui prirent des formes de plus en plus nettes en demeurant aériennes toutefois et prêtes à s’évanouir au premier souffle. La coupe du ciel, coupe de lapis clair et veiné de blanc, les accidents du paysage, les silhouettes de toute choses m’apparaissant retournées dans l’eau, ma propre image s’y déforma et il me sembla que j’étais moi-même, hôte paisible d’une mystérieuse rivière, poursuivi par un pêcheur que je reconnu bien vite [Amour]. (…) Cette fois, mon coeur lui-même était atteint et le pêcheur Amour riait de tout l’éclat méchant de ses dents gourmandes.

 

Amand Silvestre, En pleine Fantaisies, “Ouverture de la pêche”, Paris: C. Marpon et E. Flammarion, 1884. P. 135. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/advancedSearch/

AUTEUR: SILVESTRE Amand

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Sur la Seine

STRATE: Sur

THEMATIQUE 3: SEINE A LOISIRS

  • Pêcher
  •  amours

FAIRE EN SEINE : 

  • usine/industrie 
  • naviguer

 

Prosper Mérimée, Chroniques du règne de Charles IX, 1829

Mérimée expérimente ici le roman historique romantique et l’évocation de la Seine représente le défi particulier pour le romancier de ramener le lecteur à la Seine du 16e siècle. La Seine occupe un véritable rôle : celui de porter les ressorts dramatiques de cette intrigue des guerres de religion du 16e siècle dont le massacre de Saint-Barthélémy. La Seine est présentée comme une frontière à traverser, un axe ténébreux qui scinde la ville en deux mondes distincts pour mieux souligner le contexte de guerre civile entre les catholiques et les protestants, à travers notamment les figures qui lui sont associées, tels que les ponts qui la surplombent et les bateaux qui la traversent. « La Seine de Mérimée et ses ressorts dramatiques » est analysé par Janine Gallant dans la revue Arborescence.

L’avertissement de Béville montre que la Seine revêt tout à fait les couleurs d’un axe central qu’il faut franchir pour passer d’un monde à un autre. Le héros ne l’écoute pas et ne pourra plus s’échapper.

Le passage de la Seine bloquée qui vient ensuite fait du fleuve le symbole brutal de l’événement historique de 1572 en s’imprégnant du sang des victimes, ainsi qu’en convient Mérimée.


Mais déjà le massacre avait commencé ; le tumulte, la presse des assassins, et les chaînes tendues au milieu des rues l’arrêtaient à chaque pas. Il fut forcé de passer auprès du Louvre, et c’était là que le fanatisme déployait toutes ses fureurs. Un grand nombre de protestants habitaient ce quartier, envahi en ce moment par les bourgeois catholiques et les soldats des gardes, le fer et la flamme à la main. Là, selon l’expression énergique d’un écrivain contemporain, le sang courait de tous côtés cherchant la rivière, et l’on ne pouvait traverser les rues sans courir le risque d’être écrasé à tout moment par les cadavres que l’on précipitait des fenêtres. Par une prévoyance infernale, la plupart des bateaux qui d’ordinaire étaient amarrés le long du Louvre avaient été conduits sur l’autre rive ; de sorte que beaucoup de fugitifs qui couraient au bord de la Seine, espérant s’y embarquer et se dérober aux coups de leurs ennemis, se trouvaient n’avoir à choisir qu’entre les flots ou les hallebardes des soldats qui les poursuivaient. Cependant, à l’une des fenêtres de son palais, on voyait, dit-on, Charles IX armé d’une longue arquebuse, qui giboyait aux pauvres passants. Le capitaine, enjambant des corps morts, et s’éclaboussant avec du sang, poursuivait son chemin, exposé à chaque pas à tomber victime de la méprise d’un massacreur. Il avait remarqué que les soldats et les bourgeois armés portaient tous une 166 écharpe blanche au bras et une croix blanche au chapeau. Il aurait pu facilement prendre ce signe de reconnaissance ; mais l’horreur que lui inspiraient les assassins s’étendait jusqu’aux marques qui leur servaient à se faire reconnaître. Sur le bord de la rivière, près du Châtelet, il s’entendit appeler. Il tourna la tête, et vit un homme armé jusqu’aux dents, mais qui ne paraissait pas faire usage de ses armes, portant d’ailleurs la croix blanche à son chapeau, et roulant un morceau de papier entre ses doigts d’un air tout à fait dégagé. C’était Béville. Il regardait froidement les cadavres et les hommes vivants que l’on jetait dans la Seine par-dessus le pont au Meunier.

 

Prosper Mérimée, Chroniques du règne de Charles IX, 1829, Freeditorial, p. 209. Disponible sur : file:///C:/Users/Utilisateur/AppData/Local/Packages/Microsoft.MicrosoftEdge_8wekyb3d8bbwe/TempState/Downloads/CHRONIQUE_DU_RÈGNE_DE_CHARLES_IX%20(1).pdf

 

AUTEUR: MERIMEE Prosper

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Paris

STRATE: Au bord/ Sur

 

THEMATIQUE 4: SEINE INTERLOPE

-Meurtre

-Noyade

-Seine noire

THEMATIQUE 5: HORS LIEUX

-Seine symbolique

-Seine du 16e siècle

 

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine, 1866

L’auteur rapporte dans ce roman deux histoires qui s’entrecroisent, celle des pirates de la Seine, trafiquants, pourchassés par les soldats de la maréchaussée et celle de Pauline, marquise d’Hérouville, malheureuse en son mariage : le fleuve coule, se faisant le complice malicieux de ces destins entremêlés. 

Les bandits, au nombre de quatorze (y compris le
capitaine et le lieutenant) prirent place dans trois
bateaux plats peints en noir. Les avirons, enveloppés
de linges afin de ne produire aucun bruit en frappant
les eaux, furent bordés, Lascars donna le signal et
les embarcations glissèrent, invisibles et muettes, sur
la surface sombre du fleuve. La nuit semblait prêter
au crime résolu sa discrète complicité. Jamais obscurité plus profonde n’avait pesé sur la terre endormie
des ténèbres compactes, impénétrables, –enveloppaient la Seine et ses rives, et nulle lueur phosphorescente ne brillait dans le faible sillage dos trois barques. Lascars fut obligé de se rendre compte par induction du chemin parcouru, et lorsqu’il crut avoir franchi
la distance qui le séparait du château de Port-Marly, il
donna l’ordre d’atterrir et d’amarrer les embarcations.

 

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine,  Marseille : Roman, Journal des feuilletons illustres, 1866 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5559838k/f5.image.r=la%20Seine%20roman

 

AUTEUR : Xavier de Montépin

EPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : DANS / SUR / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– canoter

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– noyade

– trafic

– la Seine putride

D. Bussilet, F. Persil, Seine du Passé, 1999

Les deux auteurs livrent, d’après divers écrits personnels ou romancés d’auteurs français du XIX siècle, un tableau littéraire et pictural de la Seine et des villages normands qui la bordent.

Si Paris a ses banlieues (Saint-Cloud, Neuilly, les bords de la Marne…) la Normandie offre mille ressources au promeneur de l’époque. Une des « bonnes adresses », en cette année 1925, pour le Rouennais avides d’air pur, c’est la rive droite de la Seine, avec ses îles, qui sont autant de « restaurants champêtres » (…) et ses auberges. Et il faut voir, le dimanche, les promeneurs débarquer au ponton en rang serrés, venus de Rouen par « vapeur », tandis que les voitures progressent paisiblement sur la route qui longe la Seine. Les plus pauvres d’entre eux se contenteront de remplir leurs yeux et leurs poumons, en se promenant le long du fleuve, en famille ou avec des amis, ou en amoureux, et en s’asseyant dans l’herbe fraîche qui habille les talus. (…) Ici et là, on reconnaît quelques peintres à leur attirail, chevalets et boîtes de couleurs. Ils goûtent un repos bien mérité, après avoir reproduit sur leurs toiles encore fraîches de peinture les brumes matinales et la luminosité douce de ce coin de Normandie ; et peut-être ne résisteront-ils pas, tout à l’heure, à l’envie d’immortaliser les lueurs finissantes du soleil irradiant la Seine et ses méandres. (…)

Laissons Eugène Noel en décrire le site, en 1894, dans son livre : Rouen, Rouennais, Rouenneries :

« Assise poétiquement au bord de la Seine, les pieds dans l’eau, sur un coteau faisant face au midi, la vieille ville, Rouen (autrefois Ratumakos) voit son beau fleuve décrire devant elle ses courbes gracieuses. (…) Que de voyageurs à Rouen, sur cette rive gauche de la Seine, ont été saisis de vertige en visitant ces ateliers immenses où tout s’agite et tourne sous vos yeux, tremble sous vos pas, où l’on a le bruit infernal de centaines de métiers dirigés par des centaines d’ouvriers ou d’ouvrières.

Quel contraste entre cette rive manufacturière, tôt industrialisée, et la vieille rive droite, qui voit, au sortir de Rouen, se blottir les villages fleuris de Croisset, Dieppedalle, Biessard et le Val de La Haye, entre fleuve et falaise. C’est d’ailleurs cette falaise qui fait obstacle à l’envahissement de l’industrie. Certes, quelques usines se sont déjà bien implantées, et cela parait bien normal à une époque où l’industrialisation semble la solution idéale pour le progrès et le bien-être de tous, mais l’ampleur du paysage offert par la Seine, les navires et bateaux à cette rive droite du fleuve tout son charme et son attrait. »

Dominique Bussillet, Fabien Persil, Seine du passé : Promenade littéraire et picturale au fil de la Seine de Rouen au Val de la Haye, Vire : C. Corlet, 1999 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33209763/f3.image.r=Seine%20du%20pass%C3%A9%20%20promenade%20litt%C3%A9raire

 

AUTEUR : Dominique Bussillet, Fabien Persil

EPOQUE : XX

GENRE :  Ecrits de voyages

LIEU 1 : Rouen

LIEU 2 : La Haye

LIEU 3 : Canteleu

Etc

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– nager

– se promener

– naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

métier

– industrie

– commerce

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS

– plaisirs

– canoter

– restaurants et guinguettes

Cassan, La Nymphe de Chanceaux, 1699

Ce poème prête vie à la Seine en nous décrivant de manière détaillée et presque cartographique le cheminement de son cours d’eau, depuis sa source jusqu’à son arrivée à Paris. Après le détail de son parcours dans la capitale, la Seine incarnée sous les traits de la Nymphe, est alors maltraitée par les travaux d’endiguement de la ville.

Du fond d’un petit bois l’on voit sortir la Seine,

Qui d’abord jaillissant par de petits bouillons,

S’en va de quelques champs arroser les sillons, (…)

La Nymphe qui réside au fond de cette source, (…)

Elle sort à l’instant et sous l’ombre des Saules,

Tresse les longs Cheveux flottants sur ses épaules,

Mets sa Robe, et de fruits prends en bouquet en main,

Et quitte son séjour pour se mettre en chemin. (…)

Elle vient à Bagneux, où dans une vallée

Son Canal s’élargit et déjà sur ses Eaux

L’aviron fit voguer quelques légers Bateaux.

Alors de quelques flots élevant la surface,

La Nymphe en un instant se forme un char de glace,

Et Montant sur son siège elle va lentement

Suivre le fil de l’eau par un doux mouvement. (…)

Ainsi tranquillement elle fait son voyage,

Et remarque les lieux, qui bordent son rivage ; (…)

Enfin à la faveur de l’Onde qui la mène

Elle entre dans Paris sans détour ni sans peine, (…)

 

Ainsi se voit de loin la Machine effroyable

Ouvrage de nos jours qui parait incroyable,

Avec tout l’attirail de son corps hérissé

De rouages et de Ponts l’un sur l’autre exhaussé,

Dont les bras s’étendant vers le haut de la Cote

Meuvent les Balanciers comme on voit une Flotte,

Que la Vague entretient dans le balancement,

Incliner tous les Mâts à chaque mouvement :

Quoi dit-elle, en voyant la Machine étonnante,

Serai-je contrainte à poursuivre ma pente,

Et de me faire rouer parmi tous les ressorts,

Que je vois remuer par de si grands efforts ! (…)

Alors par ces efforts, elle sent qu’elle monte

Vers le haut du Coteau dans des tuyaux de fonte,

Qui vont la revomir au prochain réservoir,

Où cent autres Tuyaux viennent la recevoir. (…)

Enfin elle descend par des tuyaux de fer

Dans un long réservoir appelé trou d’Enfer (…)

Cassan, La Nymphe de Chanceaux ou l’arrivée de la Seine au château de Marly, Paris : A. Chrétien, 1699 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54292141.r=la%20nymphe%20de%20chanceaux?rk=21459;2

 

AUTEUR : M. Cassan

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU 1 : Chanceaux

LIEU 2 : Bagneux

LIEU 3 : Paris

Etc

STRATE : DANS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– usine / industrie

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-se promener

-plaisirs

La Chute du Pont de bois, Poème en II Chants, 1710

Un auteur anonyme, signant Le Br. écrit un poème de deux chants, mêlant l’épique au burlesque, racontant comment un bateau marchand transportant du vin sur la Seine se fracasse sur un pont en arrivant à Paris. Les hommes à bord, hargneux, somment le dieu Bacchus de venir leur rendre justice : ce dernier convoquant la fureur des vents et de la Seine détruit le pont.

Où la Seine étonnée, arrosant de son onde

Une Ville superbe en merveilles féconde,

Étends deux vastes bras, et par un long détour

Dans ces lieux enchantés prolonge son séjour ;

S’élève un pont formé d’une antique structure :

Dans son industrieuse, et rare architecture,

Qui semble commander à l’humide élément (…)

 

Mille forts Pilotis dans le sable enfoncés

Bravent l’onde écumante, et les vents courroucés. (…)

Ses larges flancs ouverts, comme autant de canaux,

Donnent libre passage aux plus vastes bateaux.

L’un porte dans son sein la liqueur sans pareille,

Par qui l’ennui s’endort, et le plaisir s’éveille,

Et l’autre renfermant de précieux trésors,

Des présents de Cérès vient enrichir nos ports.

 

La Seine dans un lieu si digne de lui plaire

Promène lentement une onde pure, et claire ;

Sur ce rivage orné de verdure, et de fleurs,

Ses eaux n’exhalent point de nuisibles vapeurs. (…)

 

Le bateau heurte une arche, et le brise en éclats.

Les tonneaux dispersés suivant l’eau qui les guide

Flottent au gré des vents sur la plaine liquide (…)

L’un maudissant la Seine, et son cruel rivage,

Fait éclater son zèle et se jette à la nage,

Et l’autre sur les bords content de soupirer,

Regrette tant de biens qu’on ne peut recouvrer.

 

Va, cours, sans différer, sur les bords de la Seine,

Signaler les transports de ta rage inhumaine,

Et secondant l’ardeur de mes ressentiments,

De ce pont que tu vois frappe les fondements (…)

De la Seine bientôt l’onde écume, bouillonne,

Tout frémit d’épouvante, et d’effroi tout frissonne : (…)

Quel désastre fatal ! les Naïades timides

En sentirent trembler leurs cavernes humides.

 

Quand on vit sur les eaux flotter de toutes parts

Les débris de ce pont confusément épars.

De Pilotis brisés la rive était couverte (…)

 

Apprends, nouveau Léandre, apprends vite à nager.

Abrège ton chemin par ce moyen facile,

De la Seine pour toi l’eau deviendra docile. (…)

Le Br., La Chute du Pont de bois, poème en II chants, Paris : G. Lamesle, 1710 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54551482/f2.image.r=pont%20la%20Seine

 

AUTEUR : Anonyme (Le Br.)

EPOQUE : XVIII

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATES : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– commercer

– transporter

– métiers

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– accident

– noyade

Jean Racine, La Nymphe de la Seine, 1660

Dans cette célébration de la reine Marie-Thérèse d’Autriche, l’auteur présente la Seine personnifiée en une créature merveilleuse, une Nymphe, qui se lamente et dépérit car la guerre à rendue ses eaux troubles et mauvaises. Amour descend des cieux pour mieux lui apprendre que la reine Thérèse et le roi Louis XIV pacifient tous ses bords par leur amour, le fleuve ici deviens le lieu d’accueil de l’amour royal.

Je suis la nymphe de la Seine ;

C’est moi dont les illustres bords

Doivent posséder les trésors

Qui rendoient l’Espagne si vaine.

Ils sont des plus grands rois l’agréable séjour ;

Ils le sont des plaisirs, ils le sont de l’amour ;

Il n’est rien de si doux que l’air qu’on y respire ;

Je reçois les tributs de cent fleuves divers ;

Mais de couler sous votre empire,

C’est plus que de régner sur l’empire des mers. (…)

 

De tant de malheurs affligée,

Je parus un jour sur mes bords,

Pensant aux funestes discords

Qui m’ont si longtemps outragée ;

Lorsque d’un vol soudain je vis fondre des cieux

Amour, qui me flattant de la voix et des yeux :

Triste nymphe, dit-il, ne te mets plus en peine ;

Je te préparer un sort si charmant et si doux,

Que bientôt je veux que la Seine

Rende tout l’univers de sa gloire jaloux. (…)

 

Les dieux mêmes viendront passer ici leurs jours.

Ton repos en durée égalera ton cours.

Mars de ses cruautés n’y fera plus d’épreuves ;

La gloire de ton nom remplira l’univers :

Et la Seine sur tous les fleuves

Sera ce que Thétis est sur toutes les mers.

Jean Racine, La Nymphe de la Seine à la Reyne, ode, Paris : A. Courbé, 1660

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5529720q/f314.image.r=nymphe%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Jean Racine

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– plaisirs

– amours

Edme boursault, La feste de la Seine, 1694

Dans cette courte pièce de théâtre nous sont présentés au Palais d’Océan divers fleuves orientaux, occidentaux et antiques : tous attendent l’arrivée de la Seine, personnage principal, afin de célébrer sa magnificence. En effet ses eaux sont les seules à couler paisiblement, loin de la souffrance et de la guerre des Hommes. S’il apparaît assez rapidement que le poète honore le règne de Louis XIV, la Seine à qui l’on prête voix se présente comme une source paisible de joies et de jeux amoureux.  

LA SEINE

Que mon sort est heureux !

Je vois en sortant de ma Source

Folâtrer sur mes bords les Amours, et les Jeux :

Et je trouve au bout de ma course

D’autres Plaisirs qui préviennent mes vœux.

Que mon sort est heureux !

 

Tant que dure le jour

Le Rossignol sur mon rivage

Attire à ses accents les Bergers d’alentour :

Et touchez de son doux ramage

A son exemple ils chantent leur amour

Tant que dure le jour. (…)

 

LE GANGE à la Seine

On ne voit sur nos bords que carnage, et qu’horreur :

On ne voit que plaisirs régner sur vos rivages :

Vous goûtez de la Paix la tranquille douceur ;

Et le Ciel nous expose à mille affreux ravages

 

Aimable Nymphe, apprenez-nous

Par quel bonheur, ou par quels charmes,

Vous jouissez d’un sort si doux

Pendant que l’Univers éprouve tant d’alarmes. (…)

 

LE PACTOLE

Nous ne sentons plus l’haleine

Des doux, et charmants Zéphires :

Ce n’est qu’auprès de la Seine

Où règnent tous les Plaisirs. 

Edme Boursault, Méléagre : tragédie, mis en musique ; précédé de La feste de la Seine : petit divertissement en musique, Paris, 1694 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85941w.r=la%20feste%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Edme Boursault

EPOQUE : XVII

GENRE : Théâtre

LIEU : Fictif (dans le palais d’Océan)

STRATE : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

Guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– se baigner

– se promener

– plaisirs

– amours

THÉMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • fleuve
  •  

 

 

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006 (2)

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La jeune Paloma est impressionnée par le spectacle industriel de Port-Jerôme, et plus encore par l’existence des oléoducs qui relient la Seine à la mer. Les deux personnages naviguent sur une pilotine.

Plus que les jolies façades du front de Seine du petit village de Quillebeuf, le regard de Paloma, et son odorat, furent attirés par l’autre rive. Elle reste sans voix devant l’incroyable complexe pétrolier de Port-Jérôme… Une véritable forêt de cheminées d’usines… Une incroyable jungle industrielle.

-Un souterrain que Leblanc n’avait pas imaginé, ironisa Bergton.

-Lequel ?

-Un souterrain qui part d’Etretat, court sous le pays de Caux, pour aboutir ici, face à la Seine.

-Lequel ! insista Paloma intriguée.

-Les oléoducs ! les oléoducs qui relient le terminal pétrolier d’Antifer, en front de mer, aux raffineries du bord de Seine… Le plus important complexe en France !

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 113

Maylis de KERANGAL, Réparer les vivants, 2014

Dans Réparer les vivants (2014) de Maylis de Kerangal, Marianne et Sean apprennent la mort cérébrale de leur jeune fils Simon. À l’hôpital, on leur a demandé s’ils acceptaient de donner ses organes. Les parents, éperdus, quittent Le Havre et roulent jusqu’à l’estuaire, comme « happés », « aimantés » par le fleuve, dont ils rejoignent la berge, passé Gonfreville.

« Ils roulent sur la route au bas des falaises, longent ce coteau grevé de cavernes où traînent vagabonds isolés et bandes de gosses – shit et bombes de peinture -, passent les baraques taies au bas de la pente, la raffinerie de Gonfreville-l’Orcher, enfin obliquent vers le fleuve, comme si happés par l’échancrure soudaine de l’espace, et maintenant c’est l’estuaire.

Ils roulent encore deux ou trois kilomètres, puis sont à bout de bitume alors coupent le moteur : c’est vide autour d’eux, désaffecté, un espace de zone industrielle et près du pacage, et l’on comprend mal pourquoi ils s’arrêtent là sous un ciel parcheminé de fumées denses, rapides, tire-bouchonnées au-dessus des cheminées de la raffinerie puis dilatés en traînées mornes, distillant alors poussière et monoxyde de carbone, un ciel d’apocalypse. […]

Ils arrivent enfin en vue du fleuve, largeur de ciel dingue, ils sont surpris, ont le souffle court, les pieds trempés, mais avancent vers la berge, approchent tout près du bord comme si aimantés, ne freinent que lorsque le pré commence à verser lentement dans l’eau »

Maylis de KERANGAL, Réparer les vivants, Paris, Les Verticales, 2014, p. 145, 150.

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, 2009

Gaspard, personnage principal du roman Une Éducation libertine, quitte sa ville natale quimpéroise après le décès de son père pour monter à la conquête de Paris. Il rencontre la Seine après avoir déambulé dans les rues de la capitale, et c’est un véritable tableau que Jean-Baptiste Del Amo peint sous les yeux « ébahis » de son personnage et de ses lecteurs :

Puis la Seine fut là, son odeur de vase, la monstruosité de son agitation portuaire. Gaspard s’arrêta, ébahi. Le flot noir exhalait une frénésie qui s’étendait, une pieuvre lançant ses tentacules à l’assaut de la ville. Fiacres et carrosses se talonnaient sur les rives. Les cochers, véritables harpies, fouettaient et hurlaient à plein gosier. La populace se massait là, grouillait comme d’une termitière, avançait par vagues sur les berges. À quai, les bateaux dégorgeaient de marchandises dans des caisses de bois que des marins musculeux et braillards soulevaient à bout de bras. […] Au bord de l’eau, les lingères, fichus vissés sur leurs crânes furibonds, plongeaient jusqu’aux coudes draps et haillons, savonnaient, frottaient, essoraient. Elles répandaient une mousse à la couleur indéfinissable qui descendait pesamment le Fleuve. […] Plus loin, on ouvrait les guinguettes, les auberges se vidaient de leurs hôtes à demi reposés et parfaitement fauchés. Montant et descendant les rives, les porteurs d’eau feintaient la cadence infernale, se jetaient à l’eau, emplissaient les seaux, s’arrachaient des flots, couraient en sens inverse. Les passeurs plantaient leurs barques entre les bateaux. Ils embarquaient la foule des travailleurs de l’autre rive, s’engueulaient, frappaient l’eau à grands coups de pagaie, filaient au travers du Fleuve, évitaient l’inévitable : la collision, l’accident, le naufrage. Il n’était pas rare qu’un homme tombât à l’eau, fût entraîné par le courant ou les profondeurs du Fleuve. On usait alors de perches en bois. Mais la longueur et le poids de l’instrument rendaient le maniement périlleux, et il arrivait qu’à défaut de sauver le miséreux, la perche le transperçât ou l’assommât, achevant ainsi d’en faire un noyé.

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, Gallimard, 2009, p. 37

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La clé de l’énigme se trouve peut-être dans les hauteurs de Caudebec-en-Caux, plus précisément dans la chapelle La Barre-y-va…

Victor Hugo, Maurice Leblanc, Michel Bussi: trois écrivains convoqués autour d’un même lieu.

« -La clé de l’énigme, c’est le fameux phénomène de la Barre-y-va. On l’appelle aujourd’hui plus souvent le mascaret. C’est la marée qui remontait la Seine, jusqu’à Rouen jadis. Jusqu’aux années 1960, lors des grandes marées, le mascaret, ou la Barre-y-va si vous préférez, était un véritable petit raz-de-marée, particulièrement dangereux, inondant les rives, renversant les bateliers imprudents, mouillant les badauds…

-Je me souviens. C’est ainsi que Léopoldine, la fille de Victor Hugo, trouva la mort en face de leur propriété de Villequier.

-Et c’est pour elle qu’il composera son émouvant poème, qui raconte sa marche aveugle sur les rives de la Seine, « demain dès l’aube… ». Mais tous les bateliers craignaient la Barre-y-va. C’est également le nom d’un hameau juste en aval de Caudebec-en-Caux, en face du pilotage de la Seine, où est érigée la fameuse et adorable petite chapelle dont je vous ai parlé tout à l’heure… Et avant elle, sur le même site au-dessus de la Seine, les bateliers priaient la vierge dans une étrange chapelle bleue, qui existe encore…

-Encore des mystères ? »

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 116

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984) (2)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, les manifestants se sont regroupés au pont de Neuilly.

Il était près de huit heures. Sur les quais situés en contrebas du pont de Neuilly, deux immenses colonnes formées par les habitants des bidonvilles de Nanterre, Argenteuil, Bezons, Courbevoie, se mirent en mouvement. Des responsables du FLN les encadraient et canalisaient les groupes qui ne cessaient de se joindre à eux. Ils étaient au moins six mille ; les quatre voies du pont ne semblaient pas assez larges pour assurer l’écoulement du cortège. Ils dépassèrent la pointe de l’île de Puteaux, sous leurs pieds, et pénétrèrent dans Neuilly.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 33