Archives par mot-clé : Faire en Seine

Guy de Maupassant, Le Horla

Première de couverture pour Le Horla
de la collection Flammarion en 1942
Image du site https://booknode.com/le_horla_01277/covers
Tous droits réservés ©

 

Dans cette courte nouvelle, Guy de Maupassant fait référence à la Seine principalement au début et à la fin de son œuvre. On peut assister à une transformation dans la perception de la rivière, qui est d’abord un paysage apprécié par le protagoniste, pour se révéler être celle qui apportera le terrifiant Horla.

«J’aime ma maison où j’ai grandi. De mes fenêtres, je vois la Seine qui coule, le long de mon jardin, derrière la route, presque chez moi, la grande et large Seine qui va de Rouen au Havre, couverte de bateaux qui passent.»

[…]

«Vers onze heures, un long convoi de navires, traînés par un remorqueur, gros comme une mouche, et qui râlait de peine en vomissant une fumée épaisse, défila devant ma grille. Après deux goélettes anglaises, dont le pavillon rouge ondoyait sur le ciel, venait un superbe trois mâts brésilien, tout blanc, admirablement propre et luisant. Je le saluai, je ne sais pourquoi, tant ce navire me fit plaisir à voir.»

[…]

«Ah ! Ah ! Je me rappelle, je me rappelle le beau trois-mâts brésilien qui passa sous mes fenêtres en remontant la Seine, le 8 mai dernier ! Je le trouvais si joli, si blanc, si gai ! L’Être était dessus, venant de là-bas, où sa race est née ! Et il m’a vu ! Il a vu ma demeure blanche aussi ; et il a sauté du navire sur la rive. Oh ! Mon Dieu ! À présent, je sais, je devine. Le règne de l’homme est fini.»

 

GUY DE MAUPASSANT, Le Horla, Paris,1887.

Marguerite Duras, L’Eté 80, 1980

Dans L’été 80 de Marguerite Duras, une petite fille contemple, depuis la plage de Trouville, trois pieux noirs à marée basse, trois arbres respectivement orientés vers la mer, le fleuve et le Havre. La marée monte, et, peu à peu, la Seine et la mer se mêlent dans l’embouchure du fleuve.

« La jeune fille et l’enfant ont traversé les sables découverts et ils ont allés dans la baie, du côté des pieux noirs, vers le chenal. […] Déjà la lumière s’allongeait vers la surface de la mer, elle était plus dorée, plus lente. […] Les voici, trois arbres hauts comme des mâts, à quelques mètres les uns des autres, au bord du fleuve. […] Leurs têtes sont sculptées de cannelures verticales coupées d’entailles régulières et profondes, cela pour que les cordages adhèrent mieux au bois. […] ils sont tournés vers trois directions différentes, celle de la haute mer, celle du fleuve, celle du Havre. […] Puis la mer petit à petit s’est ancrée de vert. La longue file des pétroliers d’Antifer est devenue plus épaisse, plus sombre. C’était le soir qui venait. Et ce léger brouillement de la lumière, ces souffles qui passaient, ces montées de brume, cet air mouillé tout à coup, c’était la marée. Et les eaux de la Seine ont commencé à être envahies par celles de la mer » (p. 83)

DURAS Marguerite, L’Été 80, Paris, ©Les Editions de Minuit, 1980, p. 83

“L’inconnue de la Seine”, Jules SUPERVIELLE, 1929

Tous droits réservés©

Jules SUPERVIELLE (1884-1960) a consacré une nouvelle à la figure emblématique de « L’inconnue de la Seine ». Dans les premières années du XXe siècle, des reproductions du masque mortuaire d’une jeune femme circulent dans les milieux parisiens. On raconte que, sur le Quai de la Râpée, l’employé de la morgue qui a repêché le corps serait tombé amoureux de sa troublante beauté et aurait réalisé le masque. On ne connaîtra jamais l’identité de cette femme, qui inspirera de nombreux écrivains dont Aragon (Aurélien) et Céline (…) 

« Elle allait sans savoir que sur son visage brillait un sourire tremblant mais plus résistant qu’un sourire de vivante, toujours à la merci de n’importe quoi.

Atteindre la mer, ces trois mots lui tenaient maintenant compagnie dans le fleuve.

Les paupières closes, les pieds joints, les bras au gré de l’eau, agacée par les plis que formait un de ses bas au-dessous du genou, la gorge cherchant encore quelque force du côté de la vie, elle avançait, humble et flottant fait divers, sans connaître d’autre démarche que celle du vieux fleuve de France, qui, passant toujours par les mêmes méandres, allait aveuglément à la mer.

Dans la traversée d’une ville (« suis-je à Mantes, suis-à à Rouen ») elle fut maintenue quelques instants par des remous contre l’arche d’un pont et il fallut qu’un remorqueur passât tout près et brouillât l’eau pour qu’elle pût reprendre la route. »

Jules SUPERVIELLE, « L’Inconnue de la Seine », dans L’Enfant de la haute mer, Paris, Gallimard, 1931. Citation extraite de Folio, 1989, p. 66.

Léon-Paul FARGUE, Le piéton de Paris, 1932

Poète piéton, Léon-Paul Fargue (1876-1947) se promène dans le Paris de l’entre-deux guerres. Il nous raconte sa ville, ses quartiers, ses lieux favoris dont les quais de la capitale qui ont inspiré de nombreux artistes et guidé ses « talons ».

Chef-d’œuvre poétique de Paris, les quais ont enchanté la plupart des poètes, touristes, photographes et flâneurs du monde. C’est un pays unique, tout en longueur, sorte de ruban courbe, de presqu’île imaginaire qui semble être sortie de l’imagination d’un être ravissant. Je connais tellement, pour l’avoir faite cent fois, la promenade qui berce le marcheur du quai du Pont-du-Jour au quai des carrières à Charenton, ou celle qui, tout jeune, me poussait du quai d’Ivry au quai d’Issy-les-Moulineaux, que j’ai l’impression d’avoir un sérieux tour du monde sous mes talons. Ces seuls noms : Orsay, Mégisserie, Voltaire, Malaquais, Gesvres, aux Fleurs, Conti, Grands-Augustins, Horloge, Orfèvres, Béthune et place Mazas me suffisent comme Histoire et Géographie.

[…]

Et cependant, rien n’est plus de Paris qu’un quai de Seine, rien n’est plus à sa place, dans son décor. Léon Daudet, dans son Paris Vécu, consacre plus de cinquante pages aux seuls quais, à ses bouquinistes et à ses librairies d’occasion.

Léon-Paul FARGUE, Le piéton de Paris, Paris, Gallimard, 1932.

(r) Gallimard / L’imaginaire, 2007, p. 72.