Archives par mot-clé : Guerroyer

Le Siège de Paris par les Normands, Abbon de Saint-Germain-Des-Prés, IXe

Abbon de Saint- Germain-des-Prés était un moine quand il a vue l’arrivée des Normands, et le siège qu’ils livrèrent dans l’espoir de faire tomber la cathédrale. Le Siège de Paris par les Normands est donc l’œuvre d’un témoin direct, et de fait la plus précise que l’on ait eue sur les incursions vikings du neuvième siècle. Il y relate de nombreux événements, dont la crue de la Seine de 886, et les considérations qu’avaient certains seigneurs pour ce fleuve, aussi nécessaire à la vie du territoire qu’elle est une voie d’invasion aisée.

« Ô douleur! voilà tout-à-coup que pendant le silence de la nuit le milieu du ponts s’écroule, entraîné par la colère des ondes furieuses, qui s’enflent et débordent. La Seine, en effet, avait étendu de tous côtés les limites de son humide empire, et couvrait les vastes plaines des débris du pont, qui, du côté du midi, ne portait que sur un point où le fleuve s’abîme dans un gouffre ; il n’en fut pas de même de la citadelle qui, bâtie sur une terre appartenant au bienheureux saint Germain, resta debout sur ses fondements. L’un et l’autre tenaient au reste au côté droit de la cité de Paris. Aussitôt que le jour se lève, les cruels Danois se lèvent aussi, montent sur leurs vaisseaux, les remplissent d’armes et de boucliers, passent la Seine, cernent la malheureuse tour, et l’assaillent à plusieurs reprises de grêles de traits. La ville tremble, les clairons sonnent, les larmes inondent les murs, la terre gémit, et l’onde lui répond par des mugissements; les pierres et les dards se croisent dans l’air qu’ils obscurcissent. »

Abbon de Saint-Germain-des-Prés, Le siège de Paris par les Normands 885-892, Paleo 2010, Livre I, p. 50

« Cependant Sigefroi, ce roi dont on a déjà parlé, accepte soixante livres de l’argent le plus pur, consent à ce prix à se retirer loin de nous, veut que tous les Normands l’accompagnent, et brûle du désir de comparer la douceur des eaux de la tranquille Seine à l’amertume des flots de la mer, et de montrer aux siens comment la bouche de l’Océan engloutit la queue blanchissante du fleuve, et comment celui-ci frappe de ses nageoires la tête du dieu des mers. »

Op. cit. Livre II, p. 63

Evangile pour un gueux, Alexis Ragougneau

Alexis Ragougneau pointe les maux de la société, les tensions entre ceux qui se soulèvent et ceux qui dirigent. Alors que des tensions apparaissent lorsqu’un groupe de SDF revendique un logement pour tous, le corps mutilé de Mouss, porte-parole des sans abri, est repêché dans la Seine :

 » Alors, qui avons-nous là ? Individu non identifié de sexe masculin, de vingt-cinq à trente-cinq ans, de type nord-africain ? Le corps à été retrouvé le 21 avril en fin de journée, flottant dans la Seine à hauteur de l’escale Batobus du port de Montebello. Cyanose du visage d’un beau bleu violacé. Yeux turgescents. Œdèmes au niveau des paupières. Présence de champignons de mousse au niveau des orifices de la face. Ecchymoses au niveau des paupières. Présence de champignons de mousse au niveau des orifices de la face. Ecchymoses nombreuses à hauteur des genoux et des avant-bras, éventuellement dues au charriage du corps au fond de l’eau ; je pencherais plutôt pour des tentatives infructueuses de remonter sur la terre ferme juste avant l’asphyxie fatale. L’examen des poumons devra confirmer l’hypothèse de la mort par noyade. Le degré de macération de la peau indique – compte tenu de la température de l’eau – que l’immersion a duré entre deux et quatre jours. L’épiderme se décolle au niveau des mains et des pieds. Traces de putréfaction sur le cou et la région thoracique. Regardez-moi la profondeur de ce vert, lieutenant, c’est tout de même étonnant ce que la mort peut produire comme couleurs. »

 

Ragougneau, Alexis. Evangile pour un gueux. Chemins nocturnes policiers, (p. 11). 2016. Editions Viviane Hamy.