Archives par mot-clé : Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage en Normandie, [1775] (2)

À la fin de l’hiver 1775, Bernardin de Saint-Pierre entreprend un voyage en Normandie, qui va le conduire de Paris à l’abbaye de La Trappes, en longeant les boucles de la Seine. Il observe les paysages, le spectacle de la nature, les habitants et parsème son journal de notations.

Le 1 avril, il contemple la Seine depuis les hauteurs de Caudebec, s’émerveille de la saveur des aliments en pays de Caux.

« J’ai descendu aux Trois Marchands. A Caudebec la vue est grande et noble du haut de la montagne. La rivière au-dessous de la ville forme un coude. Au loin, des montagnes boisées.

Mangé un pigeon, 1er du mois dédié à Vénus.

Dans le pays de Caux, pain a plus de saveur. Poules, hommes, bestiaux mieux nourris, plus forts. »

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage de Normandie, 1775, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 49.

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage en Normandie, [1775]

Pendant l’hiver 1775, Bernardin de Saint-Pierre accomplit un voyage en Normandie, qui va le conduire de Paris à Trappes, en longeant les boucles de la Seine. Il observe les paysages, le spectacle de la nature, les habitants et parsème son journal de notations.

Le vendredi 3 janvier, il traverse Pont-de-L’Arche en bateau et navigue jusqu’à Port Saint-Ouen. La traversée le projette alors dans le souvenir de son enfance normande, au Havre et à Dieppe, à travers le dessin de la côte crayeuse.

«  Forêt du Pont-de-l’Arche. Belles violettes de toutes parts. Hêtres avec leurs vieilles feuilles inférieures. Extrémités : boutons allongés prêts d’éclore.

Réflexion : Joie à la vue des meubles de mon enfance. Forme de berceau. Les mêmes que celui où j’avais été élevé. Pochon de cuivre jaune où l’on fait bouillir le lait. Paniers. Rien n’avait changé, que les gens que j’avais connus, vieillis, affaiblis. Les meubles avaient resté. Meubles de la nature de changent point : soleil, lune, mer mangeant les côtes.

Arrivé au Port-Saint-Ouen. Vue d’une jolie fille, jambe fine, faite comme une des grâces des Célestins. […] A gauche, jolies îles de la rivière où l’on pouvait communiquer avec des ponts à la chinoise. Grotte charmante qu’on pourrait faire dans la montagne marneuse, mêlée de cailloux, coupée à pic et blanche, qui s’étend jusqu’au Havre, Dieppe »

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage de Normandie, 1775, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 49.

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, L’Arcadie [1781]

Dans son roman épique L’Arcadie, Bernardin de Saint-Pierre retrace le récit mythique de la transformation de la nymphe Seine en fleuve, à l’embouchure de l’océan. Il associe la Seine à la nymphe Héva, amie de la Seine, dont la falaise de La Hève, au Havre serait le tombeau.

La Seine, fille de Bacchus et nymphe de Cérès, avait suivi dans les Gaules la déesse des blés, lorsqu’elle cherchait sa fille Proserpine par toute la terre. Quand Cérès eut mis fin à ses courses, la Seine la pria de lui donner, en récompense de ses services, ces prairies que vous voyez là-bas. La déesse y consentit, et accorda de plus à la fille de Bacchus de faire croître des blés partout où elle porterait ses pas. Elle laissa donc la Seine sur ces rivages, et lui donna pour compagne et pour suivante la nymphe Héva, qui devait veiller près d’elle, de peur qu’elle ne fût enlevée par quelque dieu de la mer, comme sa fille Proserpine l’avait été par celui des enfers. Un jour que la Seine s’amusait à courir sur ces sables en cherchant des coquilles, et qu’elle fuyait, en jetant de grands cris, devant les flots de la mer qui quelquefois lui mouillaient la plante des pieds, et quelques fois l’atteignaient jusqu’aux genoux, Héva sa compagne aperçut sous les ondes les cheveux blancs, le visage empourpré et la robe bleue de Neptune. Ce dieu venait des Orcades après un grand tremblement de terre, et il parcourait les rivages de l’Océan, examinant, avec son trident, si leurs fondements n’avaient point été ébranlés. À sa vue, Héva jeta un grand cri, et avertit la Seine, qui s’enfuit aussitôt vers les prairies. Mais le dieu des mers avait aperçu la nymphe de Cérès, et, touché de sa bonne grâce et de sa légèreté, il poussa sur le rivage ses chevaux marins après elle. Déjà il était près de l’atteindre, lorsqu’elle invoqua Bacchus son père et Cérès sa maîtresse. L’un et l’autre l’exaucèrent : dans le temps que Neptune tendait les bras pour la saisir, tout le corps de la Seine se fondit en eau ; son voile et ses vêtements verts, que les vents poussaient devant elle, devinrent des flots couleur d’émeraude ; elle fut changée en un fleuve de cette couleur, qui se plaît encore à parcourir les lieux qu’elle a aimés étant nymphe. Ce qu’il y a de plus remarquable, c’est que Neptune, malgré sa métamorphose, n’a cessé d’en être amoureux, comme on dit que le fleuve Alphée l’est encore en Sicile de la fontaine Aréthuse. Mais si le dieu des mers a conservé son amour pour la Seine, la Seine garde encore son aversion pour lui. Deux fois par jour, il la poursuit avec de grands mugissements, et chaque fois la Seine s’enfuit dans les prairies en remontant vers sa source, contre le cours naturel des fleuves. En tout temps, elle sépare ses eaux vertes des eaux azurées de Neptune.

Héva mourut du regret de la perte de sa maîtresse. Mais les Néréides, pour la récompenser de sa fidélité, lui élevèrent sur le rivage un tombeau de pierres blanches et noires, qu’on aperçoit de fort loin. Par un art céleste, elles y enfermèrent même un écho, afin qu’Héva, après sa mort, prévint par l’ouïe et par la vue les marins des dangers de la terre, comme, pendant sa vie, elle avait averti la nymphe de Cérès des dangers de la mer. Vous voyez d’ici son tombeau. C’est cette montagne escarpée, formée de couches funèbres de pierres blanches et noires. Elle porte toujours le nom de Héva (Il y a en effet, à l’embouchure de la Seine, sur la rive gauche, une montagne formée de couches de pierres noires et blanches qui s’appelle la Hève [Note de l’auteur]) […] Pour Amphitrite, touchée du malheur de la Seine, elle pria les Néréides de creuser cette petite baie que vous voyez sur votre gauche, à l’embouchure du fleuve ; et elle voulut qu’elle fût en tout temps un havre assuré contre les fureurs de son époux. Entrez-y donc maintenant, si vous m’en croyez, pendant qu’il fait jour. Je puis vous certifier que j’ai vu souvent le dieu des mers poursuivre la Seine avant dans les campagnes, et renverses tout ce qui se rencontrait sur son passage.

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, L’Arcadie [1781], Œuvres complètes, tome I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2014.