Archives par mot-clé : Inondation

Historia Francorum, Grégoire de Tours, VIe

L’Histoire des Francs (Historia Francorum), à l’origine nommée Decem libri historiarum, est un ouvrage retraçant une histoire du monde et de l’église depuis la Genèse jusqu’à l’an 591. Mais son auteur, Grégoire de Tours, évêque et historien du VIème siècle concentre une grande part de son œuvre à son époque et sa région : la gaule mérovingienne. Si succèdent les envahisseurs et les rois des luttes intestines et les alliances, les trêves et les massacres, dépeignant au fil des pages une image noire de cette période.

« En apprenant cela, Chilpéric envoie des ambassadeurs à son frère Gontran. S’étant alliés, ils concluent également un traité en  vertu duquel aucun d’eux ne laissera périr son frère. Mai lorsque Sigebert fut arrivé en amenant ces peuples et tandis que Chilpéric était stationné de l’autre coté avec son armée, Sigebert, ne trouvant pas où traverser le fleuve de la Seine pour marcher contre son frère, envoie à son frère Gontran un message pour lui dire :  « Si tu ne me permets pas de traverser ce fleuve en passant par ton territoire, je fondrai sur toi avec toute mon armée. » Effrayé par cela, Gontran conclut un traité avec lui et lui permit de passer. Alors Chilpéric, sentant qu’en réalité Gontran l’avait abandonné pour s’allier à Sigebert décampa et partit pour Havelu, village du pays chartrain. »

Traduction de Robert Latouche dans  Grégoire de Tours, Histoire des Francs en un volume, Les Belles Lettres  1996, Livre IV, p. 237

« La huitième année du roi Childebert, la veille des calendes de février (31 janvier), un dimanche alors que dans la ville de Tours la cloche avait été mise en branle pour les matines et que la population se levait pour se rassembler à l’église sous un ciel nuageux et pluvieux, un grand globe de feu tombé du ciel parcourut dans l’air un grand espace en donnant une telle lumière qu’on distinguait tout comme à midi. Il rentra à nouveau dans le nuage et la nuit succéda. Les cours des eaux débordèrent d’une manière insolite ; c’est ainsi que la Seine et la Marne provoquèrent une telle inondation autour de Paris que souvent des naufrages se produisirent entre la cité et la basilique de Saint-Laurent. »

Op. cit.  Livre VI, p. 41

Les deux extraits en Latin de DE TOURS Grégoire, Histoire des Francs Livres I-VI, Alphonse Picard, Livre IV p.139 & p. 215

« Quod audiens Chilpericus, ad fratrem suum Gunthchramnum legatos mittit. Qui coniuncti pariter foedus ineunt, ut nullus fratrem suum perire sineret. Sed cum Sigibertus gentes illas adducens venisset, et Chilpericus de alia parte cum suo exercitu resederet, nec haberet rex Sigibertus super fratrem suum iturus, ubi Sequanam fluvium transmearet, fratem suum Guntchramnum mandatum mittit, dicens : « Nisi me permiseris per tuam sortem hune fluvium transire, cum omni || exercitu meo super te pergam. » Quod ille timens, foedus cum eo iniit eumque transire permisit. Denique sentiens Chilpericus, quod scilicet Guntchramnus, relicto eo, ad Sigibertum transisset, castra movit, et usque Avallocium Carnotinensem vicum abiit. »

« Anno octavo Childeberti regis pridie kal. Febroarias, cum die dominico apud urbem Toronicam ad matutinus signum commotum fuisset, et populus surgens ad eclesiam conveniret, caelo nubilo, cum pluvial globus magnus igneus de caelo dilapsus, in spatia multa cucurrit in aera, qui tantam lucem dedit, ut tamquam media die omnia cernerentur || Quo iterum in nube suscepto, nox successit. Aquae vero extra solito invaluerunt ; nam tantum inundatione Sygona Matronaque circa Parisius invaluerunt, ut inter civitatem et basilicam sancti Laurenti naufragia saepe contingerent. »

Le Siège de Paris par les Normands, Abbon de Saint-Germain-Des-Prés, IXe

Abbon de Saint- Germain-des-Prés était un moine quand il a vue l’arrivée des Normands, et le siège qu’ils livrèrent dans l’espoir de faire tomber la cathédrale. Le Siège de Paris par les Normands est donc l’œuvre d’un témoin direct, et de fait la plus précise que l’on ait eue sur les incursions vikings du neuvième siècle. Il y relate de nombreux événements, dont la crue de la Seine de 886, et les considérations qu’avaient certains seigneurs pour ce fleuve, aussi nécessaire à la vie du territoire qu’elle est une voie d’invasion aisée.

« Ô douleur! voilà tout-à-coup que pendant le silence de la nuit le milieu du ponts s’écroule, entraîné par la colère des ondes furieuses, qui s’enflent et débordent. La Seine, en effet, avait étendu de tous côtés les limites de son humide empire, et couvrait les vastes plaines des débris du pont, qui, du côté du midi, ne portait que sur un point où le fleuve s’abîme dans un gouffre ; il n’en fut pas de même de la citadelle qui, bâtie sur une terre appartenant au bienheureux saint Germain, resta debout sur ses fondements. L’un et l’autre tenaient au reste au côté droit de la cité de Paris. Aussitôt que le jour se lève, les cruels Danois se lèvent aussi, montent sur leurs vaisseaux, les remplissent d’armes et de boucliers, passent la Seine, cernent la malheureuse tour, et l’assaillent à plusieurs reprises de grêles de traits. La ville tremble, les clairons sonnent, les larmes inondent les murs, la terre gémit, et l’onde lui répond par des mugissements; les pierres et les dards se croisent dans l’air qu’ils obscurcissent. »

Abbon de Saint-Germain-des-Prés, Le siège de Paris par les Normands 885-892, Paleo 2010, Livre I, p. 50

« Cependant Sigefroi, ce roi dont on a déjà parlé, accepte soixante livres de l’argent le plus pur, consent à ce prix à se retirer loin de nous, veut que tous les Normands l’accompagnent, et brûle du désir de comparer la douceur des eaux de la tranquille Seine à l’amertume des flots de la mer, et de montrer aux siens comment la bouche de l’Océan engloutit la queue blanchissante du fleuve, et comment celui-ci frappe de ses nageoires la tête du dieu des mers. »

Op. cit. Livre II, p. 63

Le Testament Français, Andreï Makine, 1995

Entre réminiscences d’une vie entière, questionnement de l’identité, et retour à la source d’une vocation, Le Testament Français est un voyage intense entre la Russie natale et la France d’accueil de son auteur, Andreï Makine. L’oeuvre se verra même récompensée du Goncourt 1995, année de sa parution au Mercure de France.  Dans cet extrait deux enfants se perdent en attention, avant de voir apparaître telle une rêverie les souvenirs que leur grand-mère leur conte. Le souvenir en question est celui de la crue de la Seine de 1910, où Paris  fut inondé au point de cacher l’épaule du zouave du pont de l’Alma, et que les députés se rendirent à l’assemblée en barque.

« Cependant, elle semblait ne pas même remarquer notre présence tendue. Ses mains restaient toujours immobiles sur ses genoux, son regard fondait dans la transparence du ciel. Un reflet de sourire éclairait ses lèvres…
Peu à peu nous nous abandonnâmes à ce silence. Penchés par-dessus la rampe, nous écarquillions les yeux en essayant de voir le plus de ciel possible. Le balcon tanguait légèrement, se dérobant sous nos pieds, se mettant à planer. L’horizon se rapprocha comme si nous nous élancions à travers le souffle de la nuit.
C’est au-dessus de sa ligne que nous discernâmes ce miroitement pâle – on eut dit des paillettes de petites vagues sur la surface d’une rivière. Incrédules, nous scrutâmes l’obscurité qui déferlait sur notre balcon volant. Oui, une étendue d’eau sombre scintillait au fond des steppes, montait, répandant la fraîcheur âpre des grandes pluies. Sa nappe semblait s’éclaircir progressivement – d’une lumière mate, hivernale.
Nous voyions maintenant sortir de cette marée fantastique les conglomérats noirs des immeubles, les flèches des cathédrales, les poteaux des réverbères – une ville ! Géant, harmonieuse malgré les eaux qui inondaient ses avenues, une ville fantôme émergeait sous notre regard.
Soudain, nous nus rendîmes compte que quelqu’un nous parlait depuis déjà un moment. Notre grand-mère nous parlait !
-Je devais avoir à l’époque presque le même âge que vous. C’était en hiver 1910, La Seine s’était transformée en une vraie mer. Les Parisiens naviguaient en barque. Les rues ressemblaient à des rivières, les places – des grands lacs. Et ce qui m’étonnait le plus, c’était le silence…
Sur notre balcon, nous entendions ce silence sommeillant de Paris inondé. Quelques clapotis de vagues au passage d’une barque, une voix assourdie au bout d’une avenue noyée.
La France de notre grand-mère, telle une Atlantide brumeuse, sortait des flots. »

MAKINE Andreï, Le testament français, Gallimard 2007, p. 28